COVID-19Avec le Sedima, les revendeurs s'organisent pour la reprise

Avec le Sedima, les revendeurs s'organisent pour la reprise

La pandémie du COVID-19 frappe durement toute une filière. En pleine saison de vente, les magasins des revendeurs en matériels de jardinage sont fermés au public. Seule une petite activité en atelier est conservée par les entreprises qui font face à la plus grande crise économique de leur histoire.

Depuis le début de la crise et la mise en place des mesures sanitaires par le gouvernement entraînant la fermeture de nombreux commerces destinés au grand public, la quasi totalité des revendeurs en matériels espaces verts ont fermé (hormis les concessions mixtes agricole-espaces verts jugées essentielles pour la vie de la Nation). De nombreux ateliers et services pièces détachées fermés au public ont cependant pu continuer de travailler en mettant en place une organisation spécifique de protection du personnel et des procédures pour remettre les machines aux clients sans contact. La vente a pu se poursuivre de manière limitée dans certaines structures avec des volontaires, soit par téléphone, soit via un site de vente en ligne avec livraison du produit chez l'utilisateur ou retrait au magasin sans contact. La perte de chiffre d'affaires : 70 % en avril L'atelier a donc permis de générer un peu de facturation alors que la vente de machines était globalement à l'arrêt. Pour l'instant, le mois de mars a généré une perte de chiffre d'affaires sur la deuxième quinzaine pour la vente de matériels neufs. Elle est estimée par les acteurs du marché à environ 40 %. Au mois d'avril, elle pourrait atteindre 70 %. Les différents scénarios font état en fin d'année, si les conditions de reprise du travail peuvent s'effectuer en mai avec un déconfinement progressif, d'une baisse de chiffre d'affaires du marché total pouvant se situer entre 15 et 25 % (15 % étant le scénario favorable). Utiliser les aides Alors que nous avançons dans cette crise jour après jour avec de nombreux points qui restent inconnus (autorisation de déconfinement progressif, mesures sanitaires strictes à prendre, conditions de reprises différenciées selon les régions...), les entreprises étudient toutes les options à leur portée pour tenter d'amoindrir l'onde de choc économique. Le chômage partiel est utilisé mais les accès pour la mise en place de la procédure administrative sont complexes et lents suite aux flots de demandes provenant de tous les secteurs d'activité impactés (8 millions de salariés sont concernés et 700000
L'activité de service est la seule qui a pu générer un peu de facturation dans les entreprises en ce début de crise.
entreprises, chiffres du Ministère du travail de jeudi 11 avril). Le Sedima a mis en place des cellules de veille depuis le début de la crise, publiant sur son site internet des informations générales ouvertes aux non adhérents, les informations stratégiques étant réservées aux membres. Préparer la reprise La reprise de l'activité ne pourra se faire qu'avec les autorisations nécessaires d'ouverture, mais l'autorisation ne suffit pas en elle-même. L'entreprise devra avoir travaillé un plan de gestion de crise prenant en compte tous les aspects d'hygiène et de sécurité des salariés et les modalités de travail dans les structures avec les gestes barrière, l'utilisation d'équipements de protection, la mise en place des règles de distanciation... La situation de pandémie obligeant aussi à la mise à jour du document unique. Ce travail, réalisé par les services du Sedima, accompagné de fiches pratiques, va permettre aux chefs d'entreprise de gagner du temps. La reprise doit se préparer dès à présent. Concurrence, produits de première nécessité La crise du Covid-19 va aussi laisser des traces sur un marché transformé. Le secteur du e-commerce a permis à celles et
Des enseignes assurent la vente en ligne de matériels de jardinage à moteur avec livraison à domicile ou retrait au point de vente.
ceux qui étaient organisés de maintenir une activité, ceci sur le marché des pièces détachées et sur une partie des produits finis. Les spécialistes devront en tenir compte. Certains ont mis en place un site marchand depuis le début de la crise leur offrant la possibilité de vendre avec livraison à domicile ou en retrait des colis au magasin sans contact. En matière de concurrence, les GSB, les sites de ventes en ligne des enseignes et les entreprises du digital ont continué de proposer des matériels en ligne. Dans certains cas, la vente concerne des produits non essentiels avec des déstockages comme les tondeuses, tronçonneuses... et un retrait au magasin. Les jardineries vendant des produits de première nécessité (animalerie, plants potagers, semences, alimentaire) ont également obtenu une dérogation leur permettant d'ouvrir au public l'ensemble du magasin. Des produits et équipements de jardinage peuvent être vendus dans ces commerces. Le Sedima saisit la Cellule de Crise Le Sedima a donc saisi la Cellule Interministérielle de Crise afin de préciser quels articles était considérés comme produits de première nécessité (dans le cadre des mesures de confinement et des restrictions de déplacement de la population). Si les articles de jardinage entrent dans la catégorie de première nécessité*, le syndicat demande que l'ouverture des magasins des spécialistes en matériels de jardinage soit autorisée avec la mise en place d'une organisation sanitaire adaptée. Si ce n'est pas le cas, le Sedima estime qu'il existe une distorsion de concurrence entre les enseignes autorisées à l'ouverture et la profession des spécialistes en matériels de parcs et jardins réalisant la majeure partie de son chiffre d'affaires au printemps sur ce seul segment de marché. Le syndicat des constructeurs et importateurs de matériels, Axema, vient également de faire parvenir un courrier comparable au ministère de l'Économie. Les réponses sont attendues car la situation des revendeurs empire jour après jour. Illustrations : photos Moteurs & Réseaux chez Matagrif et Menue Culture et copie écran d'une page du site de vente en ligne de Castorama

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Distribution

Sabre France : Maruyama dévoile ses outils 2020

Face au Covid-19

Reprise d'activité : 80 % du réseau Loxam est opérationnel

Crise sanitaire

[VIDEO] Concessionnaires : Menue Culture prêt pour le déconfinement

COVID-19

Le SIMA reporté en février 2021