InnovationSaelen lance ses premiers broyeurs multivégétaux électriques

Modèle ePanther, le plus puissant de la gamme électrique (branches de 19 cm).
Modèle ePanther, le plus puissant de la gamme électrique (branches de 19 cm). (©Matériel et Paysage)

Voilà une sortie majeure pour la marque Saelen qui a mis au point l’électrification de ses trois broyeurs de végétaux Puma, Jaguar et Panther, admettant des branches de 16, 18 ou 19 cm.

En partant de la base de ses modèles thermiques de broyeurs multivégétaux Puma, Jaguar et Panther, la société Saelen a travaillé durant trois ans et demi avant d’aboutir à des homologues électriques (les modèles GS/ePuma, GS/eJaguar et GS/ePanther), dotés rigoureusement des mêmes performances (incluant le système de coupe breveté Rotor Power Mixed). Ces machines sont dotées de batteries haut de gamme de type lithium-fer-phosphate ainsi que de puissants moteurs électriques asynchrones sans balais.

Le constructeur annonce avoir reçu de bons retours de la part d’une quinzaine d’utilisateurs aux profils variés – paysagistes, élagueurs et services d’importantes collectivités –, à qui ont été confiés les machines durant plusieurs jours pour des essais, entre 2020 et 2021.

D’une capacité de 180 à 360 Ah selon les modèles, les batteries se divisent en plusieurs blocs bien protégés dans des caissons en aluminium logés sous les capots des machines. Les essais effectués sur les trois modèles électriques de Saelen indiquent que ces batteries apportent une autonomie d"une journée d’utilisation « normale » pour les ePuma et eJaguar, soit une utilisation de deux heures et demie minimum dans la journée, en condition de broyage continu avec dimension maximale de végétaux, et jusqu’à deux journées pour le broyeur ePanther (cinq heures d’utilisation). Le chargement dure de 6 à 12 heures selon le modèle mais une prise triphasée (en option) permet de diviser par trois ces délais.

Les machines disposent de la fonction Start & Stop qui autorise des temps d’arrêt et de redémarrage très fréquents, en seulement deux ou trois secondes. L’autonomie peut aussi être améliorée en activant sur les modèles ePuma et ePanther un mode « Eco », lorsque les machines reçoivent de petites branches ne nécessitant pas leur fonctionnement à pleine puissance (mode « Full Power »).

Le broyeur eJaguar de Saelen pour branches de 18 cm. (©Matériel et Paysage)

À l’achat, les modèles électriques réclament un budget de 25 à 35 % supérieur à celui de leurs homologues thermiques mais ce coût est en contrepartie amorti par l’économie réalisée sur le carburant et l’entretien que réclame un moteur thermique (niveaux, changement de pièces…). Des données chiffrées sur ces économies peuvent être estimées, selon les critères des chantiers des utilisateurs,  via un simulateur que Saelen mettra bientôt à disposition en ligne sur son site internet.

Les broyeurs électriques sont lancés aujourd’hui en présérie par le constructeur, qui fournira des machines à ses revendeurs d’ici à la fin de l’année afin qu’ils puissent organiser des démonstrations auprès des clients de la marque. Leur commercialisation est, quant à elle, prévue au premier semestre 2022.

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Autoportées