Entreprises du paysageLe rail, nouvelle compétence du groupe Serpe

Le rail, nouvelle compétence du groupe Serpe
(©TP Telec-Serpe Rail)

Le groupe Serpe vient d’ajouter une nouvelle activité à ses savoirs avec la reprise de l’entreprise TP Telec. Cette dernière apporte dans la corbeille son expérience de plus de 24 ans dans les travaux de gestion de la végétation en bord de voies ferrées.

En janvier dernier, le groupe familial Serpe, dirigé par Armand Wiedemann-Goiran, avait étonné avec la reprise de la Compagnie Méditerranéenne d’Espaces Verts Exploitation* (CMEVE). Il avait annoncé vouloir poursuivre son développement par des opérations de croissance interne et externe.

Le groupe a d’abord ouvert, en début d’année, son agence Serpe Lille, à Noyelles-lès Seclin (59), laquelle travaille dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, ainsi que dans une partie de la Somme et de l’Aisne. La structure emploie une dizaine de salariés et agit sur les marchés de l’entretien des espaces naturels, de l’élagage, de l’abattage, du dessouchage, du débroussaillage et de l’entretien des réseaux.

Sur les chantiers,TP Telec déplace systématiquement des chauffeurs et des hommes de pied.
(©TP Telec-Serpe Rail)

Serpe a ensuite annoncé, en mai dernier, la reprise de la société TP Telec, rachetée en 1997 par Thierry Planche. Cette entreprise employant 26 personnes chevronnées dans la gestion des dépendances vertes des voies ferrées réalise quatre millions d’euros de chiffre d’affaires. Implantée dans le Lot, près de Cahors, elle rejoint le groupe et va agir sous l’entité TP Telec-Serpe Rail. Ce rachat, le huitième en dix ans, conforte la position de Serpe dans les travaux spéciaux et dans ses engagements auprès des grands donneurs d’ordre comme la SNCF, chargée de l’exploitation et de l’entretien des infrastructures. La responsabilité de l’agence est confiée à Christophe de Saint André, dans le groupe Serpe depuis dix ans, qui prend la succession de Thierry Planche.

Des gros engins et des hommes

TP Telec travaille sur un territoire allant de Nîmes-Alès (Gard) jusqu’à Poitiers (Vienne) avec des équipes spécialisées et un parc de matériels rail-route composé de débroussailleurs et pelles Unac, de pelles Mecalac MCR de 8 t recevant de nombreux accessoires, de pelles Vaia Car, de dumpers, de remorques de transport et de stockage, mais aussi de matériels complémentaires, comme des chargeuses Bobcat avec broyeur frontal ou une pelle Case de 22 t dotée d’une cisaille forestière.

Logo du Groupe Serpe. 

« Nous avons des solutions pour entretenir la végétation et nettoyer les abords des voies, par exemple un gros aimant de 8 t d’attraction pour retirer les sacs de tire-fond laissés sur place. Nous sommes capables de débroussailler avec différents bras hydrauliques jusqu’à 11 m des voies. Le travail est effectué à 80 % de nuit, lorsque les trains ne circulent pas, avec des rendements qui peuvent atteindre, chaque nuit, jusqu’à 1,2 à 1,5 km selon les zones », explique Christophe de Saint André.

L'entreprise se distingue aussi par son service technique intégré, employant trois mécaniciens à temps plein, en mesure de réaliser toutes les opérations de réparation et d’entretien sur des machines contrôlées et agréées, et d’intervenir en urgence sur les chantiers. Cette opération permet au groupe Serpe de mener une diversification dans les travaux ferroviaires.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Distribution
Matériels de TP compacts

Yanmar CE lance sa nouvelle génération de minipelles

Maîtrise d’œuvre
Nomination

Frédéric Bigot, directeur national des ventes Husqvarna Professional

Autoportées
Création paysagère
Magazine

A lire dans Matériel et Paysage

Sur le web