Jardins, JardinLe Clos en herbe : un jardin artistique et lumineux

Le Clos en herbe : un jardin artistique et lumineux
(©FG Amenagement)

Notre visite des jardins urbains distingués au salon Jardins, Jardin qui se tenait au parc des Tuileries à Paris au mois de juin, continue. Pleins feux sur le "Clos en herbe", création d'un collectif emmené par la société FG Aménagement, lauréat du Prix de la Presse.

Placé au salon Jardins, Jardin dans la catégorie des créations paysagères pour terrasses et balcons, « Le Clos en herbe » est un jardin de 30 m² à l’esprit nature, plein d’authenticité et de poésie. D’expressives silhouettes féminines sculptées en bronze et à taille humaine, prennent ici vie au sein d’une végétation rustique et locale, aux fleurs de couleurs vive, devant une cabane en bois au toit végétalisé. Un bassin ainsi que des jeux d’eau discrets et délicats viennent compléter la scénographie, magnifiée par d’éclatants éclairages à la nuit tombée.

PreviousNext


Cette réalisation végétale et artistique conjugue les savoir-faire de la société FG Aménagement dirigée par Frank Guillot, spécialisée dans la scénographie en eau et en lumière des jardins et coordinateur de ce projet, de la sculptrice Irène Lussou, connue pour ses gracieuses sculptures féminines en bronze, et du paysagiste Alexandre Tonnerre (société Opus Paysage). Ce collectif est également accompagné de la société Paysages Assistance et du regroupement de pépinières Synfolia.

Ce jardin d’aspect rustique est par ailleurs conçu de façon écoresponsable car le bois utilisé ici (rondins couvrant le sol, structure de la cabane/pergola, troncs décoratifs), principalement du charme et du chêne, provient d’une forêt francilienne. Ces éléments ont tous été et coupés et préparés par l’équipe.

PreviousNext


La végétation d’origine locale permet par ailleurs de réduire l’entretien et le besoin en eau du jardin. La présence de l’eau justement, est ici douce et subtile. Le visiteur entend le bruit de gouttes tombant dans les petits bassins placés de chaque côté de la cabane. Mais d’où viennent-elle ? Des petits tubes de cuivres ressortant des troncs d’arbre (poteaux de la cabane) dont le pied baigne dans ces points d'eau, font remonter l’eau des bassins via un système de pompe en circuit fermé avant de la faire couler délicatement (voir diaporama).

PreviousNext


Le visiteur peut enfin apprécier le deuxième niveau du jardin avec son petit toit-terrasse végétalisé sur la cabane, comprenant une fontaine et une statue. Cet espace suspendu est entièrement visible depuis la terrasse du Bord de L’eau du jardin des Tuileries à laquelle ce jardin éphémère est attenant (voir en photo). Le prix de la Presse reçu sur le salon est donc bien mérité !

PreviousNext


 

Réagir à cet article

Newsletter

Restez informés en vous inscrivant à notre newsletter

Sur le même sujet

Campagne 2022

Rendement limité et qualité pour les pommes à cidre

Masses et accessoires d’attelage

Pateer s’ancre en Bretagne

Énergie

Vous avez jusqu'au 31 décembre pour demander l'aide au gaz et à l'électricité.

Tous les articles

Sur le même sujet

Vu sur Salonvert
Collectivités
Véhicules

Chez Kollé, l’Express Van de Renault revisité

Equipements TP
A voir sur Salonvert

Poget présente son rabot électrique E-RDT à Salonvert

Magazine

A lire dans Moteurs & Réseaux

Électrification

Ariens lance ses autoportées à batteries Zenith E

Parcours

Philippe Juban rejoint Positec France

Gestion écologique