SedimaLa crise sanitaire pèse sur les trésoreries

La crise sanitaire pèse sur les trésoreries

Les fermetures de magasins liées à la crise sanitaire du Covid 19 ont fortement impacté l'activité économique des revendeurs spécialisés en matériels pour espaces verts. Si l'activité a fortement repris au mois de mai, elle s'est toutefois ralentie au mois de juin...

Les ventes de matériels neufs, pièces détachées et les prestations dans les ateliers avaient déjà marqué le pas en mars 2019, comparé au même mois de l'an dernier (-14 % en moyenne*). Mais c'est au mois d'avril, où la quasi-totalité des magasins sont restés fermés, que l'activité a lourdement chuté, avec une baisse supérieure à 45% sur le global des activités de ventes et de réparations*. En mai, la reprise de l'activité a été relativement soutenue pour la plaisance, même si le panier moyen des achats était en baisse. Mais cette forte reprise s'est ralentie au mois de juin. Si les niveaux de stocks étaient normaux pour 57 % des entreprises à la fin du mois de mars, ils étaient supérieurs à la normale pour 43 % des revendeurs interrogés*. Dans ce contexte, les trésoreries des points de vente ont forcément été dégradées.

La conférence de presse du Sedima s'est déroulée à Paris mais aussi en visio-conférence le 7 juillet dernier.
La conférence de presse du Sedima s'est déroulée à Paris mais aussi en visioconférence le 7 juillet dernier (Crédit photo; Sedima).

Trésoreries en berne et limites du système

Ainsi, 49 % des revendeurs jugeaient la situation de leur trésorerie comme "difficile" sur la deuxième quinzaine d'avril, et "très difficile" pour 30 % d'entre-eux*. Seuls 20% des magasins estimaient leur situation de trésorerie "normale" contre 50 % à la même période l'an dernier*. Une situation induite également, selon le Sedima, par la livraison des commandes de pré-saison, et ce malgré les efforts des fournisseurs, dont la plupart ont décalé les échéances de paiement.  Le Sedima note également l'ambiguïté dans le discours de certains fournisseurs, qui vantent les mérites des réseaux de magasins spécialisés, tout en développant les ventes en "click & collect" mais sans rétribuer les revendeurs à leur juste valeur sur la préparation des matériels neufs vendus aux clients par le biais d'internet.

Le masque: objet de tensions sur le marché mondial au mois d'avril
Le masque; objet de tensions sur le marché mondial au mois d'avril

Le Sedima défend ses adhérents

La situation du marché est moins lisible sur les ventes aux professionnels et il faudra attendre le second semestre pour mesurer plus précisément l'impact économique de la crise sanitaire. Mais d'ores et déjà, les distributeurs indiquent une baisse "très significative" des commandes de matériels professionnels en raison des reports d'investissements et des annulations de marchés publics. Pendant la crise sanitaire, le Sedima s'est engagé auprès de ses adhérents, tout d'abord en commandant un  grand nombre de masques dès la fin du mois de mars, même si les livraisons n'ont été effectives qu'en mai, en raison des problèmes liés aux fortes tensions sur le marché mondial (retards en douane, décalage des transferts logistiques, hausse de 28% des prix entre 2 commandes...). Ce sont au final 2,5 millions de masques qui ont ainsi été commandés puis livrés aux adhérents du syndicat. Par ailleurs, le Sedima a envoyé des courriers au Premier ministre et au Ministre de l'économie et des finances afin de lutter contre les distorsions de concurrence entre les revendeurs spécialisés et la grande distribution ou internet, dans le cadre des activités autorisées à accueillir du public pendant la période de confinement national.

* Source : Enquêtes Sedima

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Notre magazine
Equipements d'atelier

Une table élévatrice ultraplate chez MaroloTest

Robots de tonte

Chez Honda, un petit nouveau dans la famille Miimo

Organisations professionnelles

Pierre-Emmanuel Bois rejoint Inoha

Directeurs des espaces nature en ville

Pascal Goubier élu à la tête d'Hortis

Entreprises du paysage
Connaissances végétales
Démarrage à batterie Li-ion

Briggs & Stratton développe l'offre de moteurs InStart

Partenariats tracteurs et pièces

Zetor signe un accord avec TYM et un second avec Kramp