RipagreenRipagreen : un désherbeur qui brûle sans chauffer

Ripagreen : un désherbeur qui brûle sans chauffer

L'entreprise française Ripagreen présente un chariot de désherbage à lance thermique (gaz) innovant en termes de sécurité, de performances et d'ergonomie.

Ripagreen est une division de Ripack, une entreprise girondine devenue depuis 40 ans l'un des leaders mondiaux des pistolets chauffants à gaz dans de nombreux secteurs (emballage, marquage routier, nautisme...). Et ce, grâce à son concept breveté de « buse froide », de laquelle partent des flammes très dirigées, écartant tout risque de brûlure par contact.

Le désherbeur thermique Ripagreen, fabriqué au Haillan près de Bordeaux, bénéficie donc de ce système. Fonctionnant avec une bouteille de gaz propane, il délivre une pression allant de 1,5 à 3,5 bar. Les flammes atteignent les végétaux à une température de 250 à 450 °C selon la distance de la buse au sol (de 30 à 60 cm), cette chaleur étant diffusée sur 40 cm de large. La poignée de la lance permet de réduire la consommation grâce à un mode marche/arrêt instantané par simple appui ou relâchement de la gâchette.

Ce mode alternatif offre de 6 à 8 heures d'autonomie avec une seule bouteille de gaz (13 kg). La gâchette fonctionne avec un allumeur piezo, sous forme d'une petite cartouche logée dans la poignée, qui garantit de 40000 à 50000 clics. Le timon du chariot est réglable sur trois hauteurs différentes, s'adaptant à la taille des opératuers (entre 1,60 et 1,90 m). Ce timon est par ailleurs réversible autour de la colonne de direction, permettant de passer d'un mode tracté à un mode poussé.

Enfin, un frein de parking actionnable au pied stabilise le chariot sur les pentes. Ce désherbeur est distribué par la société LCE situé à Saint-Ouen (Loir-et-Cher). Les tarifs : de 1590 € HT, pour le système sans chariot, jusqu'à 1890 € HT avec le chariot. Photo ci-contre : la lance ne pèse que 2 kg et la position de la poignée de soutien est réglable. La buse est quant à elle orientable à 360° pour faciliter le travail dans les zones étroites.  

Réagir à cet article