Un début d’année difficile

D’après la FNPHP et la FNSEA, les horticulteurs et les pépiniéristes seraient confrontés à des difficultés depuis le début de l’année. La faute notamment à la crise économique actuelle et à une météo catastrophique.

D'après une enquête récente réalisée par la FNPHP (Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières) auprès de ses adhérents, 98 % des producteurs déclarent que la crise économique actuelle a un impact négatif sur leur entreprise :
    – 97 % ont rencontré des difficultés de commercialisation
    – 77 % une baisse ou des annulations de commandes
    – 74 % une baisse de fréquentation
Le chiffre d'affaires de mars 2013 serait ainsi en chute de 35 % par rapport à l'année dernière, avec un impact estimé à 14 % sur le chiffre d'affaires annuel.

Une situation que confirment les données du baromètre de conjoncture agricole réalisé en mars 2013 par l’Ifop pour la FNSEA. Au cours des trois derniers mois, la situation financière se serait ainsi détériorée pour 43 % des horticulteurs (contre 23 % pour l’ensemble de la filière agricole) et 47 % auraient rencontré des difficultés importantes au niveau de leur activité (35% pour la filière). 34 % jugent toujours aujourd’hui leur situation économique mauvaise (26 % pour la filière). Au niveau des raisons évoquées, 72 % des horticulteurs pointent du doigt la météo et 53 % des charges d’exploitation trop élevées.
En dépit de ces chiffres inquiétants, les horticulteurs se montrent optimistes pour l’avenir : ils sont 35 % à penser que la situation sera plus favorable dans les 2 à 3 années à venir (contre 19 % pour la filière).