UFSLa production française des semences de gazon baisse encore

Alors que le Gnis vient d'annoncer que la filière française de semences et plants se portait très bien dans son ensemble, avec une balance commerciale de 666 Millions d'euros en 2012, la production de semences de graminées pour la récolte 2013 est quant à elle en baisse de 25 %. Pourquoi ? Explications.

L'Union Française des Semenciers tire la sonette d'alarme. Car certaines variétés dont les stocks sont très faibles pourraient devenir indisponibles selon l’UFS qui n’hésite pas à affirmer dans  un communiqué que « l’existence même de la filière de production de semences de gazon est en danger ». Plusieurs raisons sont invoquées par l’organisme. Le cours très élevé des céréales au niveau mondial, engendre par le jeu de la concurrence des hausses inévitables sur les prix de production des semences de gazon chez les agriculteurs multiplicateurs. Ils sont ainsi incités à abandonner la culture des graminées porte-graine, provoquant une « désaffection hémorragique» selon UFS. S’ajoute à cela de nouvelles contraintes techniques, avec la réduction des herbicides qui rend difficile l’obtention de lots aux normes de pureté, sans intrusion d’espèces envahissantes et peu esthétiques. Le coût de la main d’œuvre enfin, devient une contrainte dans un contexte où les charges sociales augmentent pour les entreprises. L’UFS appelle donc l’ensemble de la filière professionnelle à se serrer les coudes afin de préserver une offre qualitative pour les consommateurs.
Source du graphique : UFS.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Point Marché

Les tronçonneuses rattrapent les ventes perdues