sebraf-effi-series-projection-fibres-vegetales

Sebraf : une machine compacte pour valoriser les déchets verts

La société Sebraf présente une innovation adaptée aux paysagistes qui veulent valoriser leurs déchets verts à un coût rentable.

 

Cet équipement d’un gabarit compact, posé sur remorque attelée à l’arrière d’un camion, permet l’application de fibres végétales par projection. Sebraf a été créée par le paysagiste Nicolas Morez qui a conçu cette machine, fruit de trois ans et demi de R&D. Nommée EFFI Series, celle-ci est composée d’un bloc contenant des couteaux (type broyeur lent) et d’une soufflerie, et loge un moteur diesel Yanmar de 36 ch. Elle reçoit la matière par un tapis ameneur puis la souffle en sortie via un tube (type aspirateur de feuilles) de 15 cm de diamètre et de 30 à 60 m de longueur (dépend du type de matière projetée).

sebraf-effi-series-schema

Deux à trois personnes seulement sont monopolisées : une pour charger la matière depuis le camion, l’autre pour appliquer le broyat au sol, et éventuellement une dernière pour contrôler les opérations. Le coût de l’intervention est donc réduit.

Polyvalent, ce système permet de réaliser des paillages, des ensemencements (mélange graines-terreau), des regarnissages de gazon et des amendements. Il peut donc être alimenté par tout type de matière : broyat (plaquettes calibrées, etc.), compost, écorces, fibres végétales (lin, miscanthus, coco, etc.), semences, engrais… Les couteaux permettent ici de décompresser une matière peu homogène – plaquettes de bois peu fines, compost avec de gros agrégats, briques de fibre de coco à décompacter… – afin d’optimiser le soufflage. Pour une matière déjà bien calibrée, le tapis ameneur bascule pour passer outre les couteaux, autorisant ainsi une éjection directe.

sebraf-effi-series-machine

Présentée pour la première fois en décembre sur la salon Paysalia à Lyon, cette machine compacte aux commandes épurées est conçue pour les paysagistes, mais peut aussi séduire les collectivités, les agriculteurs et viticulteurs.

La machine pulvérise par ailleurs de l’eau, via deux buses situées sur la sortie du tube, afin de limiter les poussières générées par l’application des fibres végétales. Ces buses servent également à pulvériser un liant, une propriété utile lorsque la machine souffle par exemple des fibres de coco dans le but de stabiliser un talus.

La société Sebraf, qui sous-traite pour l’instant la fabrication de l’EFFI Series en très petites quantités (machine vendue 37000 € HT), et qui souhaite créer une gamme de modèles aux prix et puissances variés, cherche un partenaire industriel (fabricant de broyeurs, d’hydromulchers et hydroseeders…). Un certain nombre d’acteurs l’auraient déjà approchée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *