SALON DU VEGETAL 1 (600 x 400)

Salon du Végétal : retour à Angers annoncé en 2020 !

Le Salon du Végétal s’est tenu à Exponantes Le Parc, du 10 au 12 septembre. Une troisième édition nantaise attendue après deux années complexes…

Si certaines initiatives ont été bien perçues, le bilan reste mitigé après cette édition 2019. Les quelque 240 exposants, un chiffre encore en baisse, se sont repliés sur le Grand Palais et deux halls, abandonnant le XXL pour concentrer l’offre. Le Bureau horticole régional (BHR), organisateur du salon, annonce 7 588 visiteurs, dont 31 % venant des organismes et fournisseurs, 24 % de la production, 23 % du monde du paysage et des espaces verts, et 22 % de la distribution. Ce constat en demi-teinte semble quelque peu compensé par des contacts plutôt qualitatifs et des initiatives accueillies favorablement, comme le renouvellement de la soirée du mardi permettant des échanges informels dans une ambiance conviviale, ainsi que la tenue du congrès national de la Fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières (FNPHP), une première et une réussite.

Le Salon du Végétal est propice à la découverte des nouvelles variétés de fleurs, plantes et arbustes de France ou d'ailleurs.

Le Salon du Végétal est propice à la découverte des nouvelles variétés de fleurs, plantes et arbustes de France et d’ailleurs.

Le communiqué de presse « post-salon » indique que le retour sur les terres angevines s’effectuera en septembre 2020 (du 8 au 10) dans un parc des expositions rénové par la ville, avec une forte implication du BHR pour faire du végétal un élément prédominant et différenciant sur ce site. La poursuite du partenariat avec la FNPHP pour l’organisation de son congrès tous les deux ans reste effective. Le BHR maintient également le dialogue avec l’interprofession Val’hor et ses différentes familles. Pour la prochaine édition, il parie aussi sur un retour des producteurs, avec un plus large panel, et sur un regain du visitorat professionnel, en particulier les paysagistes et les collectivités, en l’absence de Paysalia les années paires. Il va falloir la dynamique du retour à Angers, l’an prochain, pour redonner à l’événement de la filière végétale toutes ses couleurs. Yaël Haddad