Rebond de l’activité fin 2013

Après un premier trimestre 2013 catastrophique, l’activité des entreprises du paysage s’est progressivement redressée, jusqu’à atteindre +3% au dernier trimestre. L’embellie a touché tous les marchés. Mais la profession reste sur ses gardes pour 2014.

Après un début d’année 2013 catastrophique (–3,5% au 1er trimestre), les entreprises du paysage sont parvenues à terminer l’année dans le vert grâce à une météo particulièrement favorable à l’approche de l’hiver.
L’embellie de chiffre d’affaires au dernier trimestre (+3%) sauve ainsi le secteur de la récession, avec une croissance annuelle redevenue positive (0,5%). C’est moins qu’en 2011 (+3 %) ou en 2012 (+2%), mais mieux que ce que les prévisions laissaient attendre au vu du contexte économique atone.

Création et entretien progressent
Evolution de la création et de l'entretienCe renouveau se constate aussi bien au niveau de la création que de l’entretien des jardins et espaces verts. Après une baisse notable pour ces deux métiers au 1er semestre 2013, le 2nd semestre a vu le retour de la croissance : +2,5% pour la création de jardins et espaces verts et +2% pour l’activité « entretien ».

Evolution selon les clientèlesLes indicateurs repassent au vert sur tous les marchés
Après un début d’année au plus bas (-2,5% au 1er trimestre 2013), le marché des particuliers tire la croissance vers le haut sur les 3 derniers mois (+3%). Signe supplémentaire d’amélioration, le taux de transformation des commandes, en baisse sur les 6 premiers mois de 2013, affiche désormais un niveau stable : près d’1 devis sur 2 a été accepté au 2nd semestre 2013. En parallèle, le panier moyen s’est reconstitué, pour atteindre 6 000 € (contre 3 60 0€ fin 2012).
Le même phénomène est observé au niveau des marchés publics, qui connaissent un net regain d’activité en fin d’année (+4% sur le dernier trimestre). S’ils affichent une croissance annuelle nulle, la récession observée au premier semestre a cédé la place à deux trimestres de hausse consécutive. Seul bémol, les budgets consacrés aux espaces verts par les collectivités restent serrés : contrairement aux particuliers, le prix moyen par opération pour les commandes publiques a tendance à baisser (– 10% au dernier trimestre 2013).
L’amélioration de la commande privée (hors particuliers) est moins nette : ce marché termine l’année en stagnation, avec un dernier trimestre certes positif (+1,5%) mais en-deçà des performances constatées auprès des particuliers et des collectivités.

Des perspectives moroses pour 2014
De fait, l’amélioration constatée fin 2013 pourrait être de courte durée : passé le 1er trimestre 2014 (prévision à +3%), l’Unep prévoit une diminution du chiffre d’affaires de -2% dès le 2e trimestre 2014.
En écho à ces prévisions, les carnets de commande s'établissent à 115 jours sur les six premiers mois de 2014, contre 126 jours précédemment. Le Top 3 des préoccupations des chefs d'entreprise reste inchangé avec, dans l'ordre, le carnet de commandes, les charges et la TVA sur les services à la personne. Le maintien de l'activité et la baisse des marges gagnent respectivement 3 et 4 places, pour arriver en 4e et 6e position.
« Nous sortons à peine de plusieurs années de crise, de très nombreuses entreprises sont donc fragilisées. Dans un contexte économique encore peu porteur, et sur fond de chute du marché de l’immobilier, les perspectives restent assez sombres pour l’année à venir », s’inquiète Catherine Muller, la présidente de l’Unep.

RMQ : (1) Les taux d'évolution indiqués dans les graphiques correspondent à la variation du CA du trimestre 2014 par rapport au même trimestre de 2013. (2) Tendance = moyenne mobile sur les 4 derniers trimestres.