michelin-camso-logos

Pneumatiques : Camso roule pour Michelin

Michelin a dépensé il y a quelques mois 1,45 Md$ pour acquérir l’industriel canadien Camso, spécialiste et leader sur le marché des chenilles caoutchouc ainsi que des pneus pleins ou à carcasse diagonale.

 

L’acquisition de l’industriel canadien Camso devrait permettre à Michelin de développer ses activités de spécialités. Basé à Magog au Québec, Camso occupe en effet avec ses marques Camso et Solideal, une place de leader sur le marché des chenilles caoutchouc pour engins agricoles et de construction ainsi que pour motoneiges. Il est également bien placé sur le marché des pneus pleins ou à carcasse diagonale destinés aux matériels de manutention ou de chantiers.

michelin-camso-logos

Logos des fabricants Michelin et Camso.

Depuis sa création en 1982, cet industriel a connu une croissance rapide et affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 974 M$, un effectif de 7 700 personnes, 17 sites de production et trois centres de recherche et développement.

Outre le renforcement de son offre de pneus radiaux avec les produits de Camso, Michelin entend devenir le leader mondial des marchés non-routiers. Sur ces secteurs, son chiffre d’affaires pourrait peut-être plus que doubler, sachant qu’il disposera de 26 sites industriels et d’un effectif de 12 000 personnes.

Camso-chenille

Train de chenille pour tracteur (crédit photo : Camso).

L’industriel entend également développer des synergies au niveau technologique, industriel et commercial avec Camso. Alors que Michelin met en avant sa maîtrise de l’optimisation des propriétés des bandes de roulement, Camso apporte sa forte implantation dans des pays émergents, le Vietnam ou le Sri-Lanka notamment.

Michelin a chiffré à 55 M$ le bénéfice potentiel à attendre des synergies engagées avec Camso d’ici 2021, lié à la croissance des ventes ou de réductions des coûts. L’ensemble des activités non-routières Michelin et Camso vont être intégrées dans une division unique dont la direction sera basée à Magog au Québec.

 

Laisser un commentaire