Stratégie d'entrepriseKiloutou envisage une quinzaine d'agences "espaces verts" d'ici 2022

Kiloutou envisage une quinzaine d'agences "espaces verts" d'ici 2022

Comme tous les ans à cette même époque, Kiloutou transmet son bilan d'activité et livre quelques pistes de déploiement pour son futur proche. Entraîné par un retour des commandes dans le monde du BTP, son chiffre d'affaires affiche une hausse de 14 % en 2017. Son ambition redouble : Kiloutou investit, cette année, près de 184 M€ dans le renforcement de son parc matériel.  

  Le loueur d'équipement français n'était pas peu fier, hier matin, lors de la communication de son chiffre d'affaires (+14 % en 2017 par rapport à l'année précédente, soit 606 M€) d'annoncer qu'il avait d'ores et déjà débloqué une enveloppe de 184 M€ visant à accroître et renouvellement son portefeuille de matériels. « Les commandes reprenant de plus belle en ce début d'année, nous avons anticipé notre commande : 2 500 matériels compléteront ou renouvelleront notre flotte cette année, déclare Olivier Colleau, nouveau directeur général de Kiloutou France. Ce budget de 184 M€ s'avère particulièrement élevé au regard de celui de l'année passée où 110 M€ avaient été alloués. « Depuis le début de notre opération de renouvellement en 2016, nous avons rajeuni l'âge moyen de nos matériels de 5,2 ans à 5 ans, précise-t-il. Et nous continuerons dans ce sens en 2018 ».
PDG depuis mars 2002, Xavier du Boÿs passe le relais de la direction générale à Olivier Colleau. Il reste président du groupe.
S'il reprend les points les plus récents marquant son actualité, le groupe a tôt fait de rappeler son rachat par HLDI et HLD Europe dont se réjouit Xavier du Boÿs, président de Kiloutou. « L'intérêt de nos deux nouveaux actionnaires majoritaires s'avère davantage industriel que financier, souligne-t-il, ce qui laisse entendre une sensibilité accrue pour l'innovation et le déploiement de familles de produits prometteuses ».
Objectif : grands gabarits
Et sur ce segment-là, se trouvent les machines dédiées à l'espace vert que le groupe a l'intention d'étoffer. « Nous proposons quelque 35 produits spécialisés dans cet univers et 6 agences dédiées : Lille, Lyon, Marseille, Lyon, la Rochelle et Paris », cite Lionel Wallet, directeur du réseau et des opérations chez Kiloutou. « Dans quatre ans, nous projetons couvrir les grandes métropoles de France, c'est-à-dire en ouvrir une dizaine », ajoute Olivier Colleau. Au fil du déploiement des agences, de nouveaux matériels viendront les achalander. « En 2018, l'objectif est axé sur les matériels de grand gabarit tels que les trancheuses, les débroussailleuses, les dessoucheuses et les tarières ». Quelle que soit la fonctionnalité de l'engin futur, Kiloutou orientera, dans la mesure du possible, son choix sur l'alimentation électrique, c'est-à-dire, sur batteries. schéma des natures de produits dans lesquels investit Kiloutou en 2018.
Développements technologiques
Au-delà de ces perspectives d'enrichissement de flotte en volume, qualité et géographie, Kiloutou se veut éclaireur dans le domaine technologique. L'application de la marque se perfectionne avec deux nouveautés : la possibilité de suivre en temps réel l'acheminement des livraisons et une simplification des démarches si une assistance de l'équipe est nécessaire sur un matériel. Au cours du second semestre, un prototype de matériel réalisé en réalité augmenté sera opérationnel. « À moyen terme, explique Vincent Royer, directeur de la transformation numérique, tous les matériels proposés par la marque seront dotés de données techniques qu'il sera possible de lire au moyen d'un support numérique ». Autant de projets qui laissent Kiloutou projeter une hausse de son chiffre d'affaires de l'ordre de 10 % pour 2018. À hauteur de 606 M€ aujourd'hui, il devrait être de l'ordre de 666 M€.  

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Distribution

Sabre France : Maruyama dévoile ses outils 2020

Face au Covid-19

Reprise d'activité : 80 % du réseau Loxam est opérationnel

Crise sanitaire

[VIDEO] Concessionnaires : Menue Culture prêt pour le déconfinement

COVID-19

Avec le Sedima, les revendeurs s'organisent pour la reprise

COVID-19

Le SIMA reporté en février 2021