Jardins, JardinLes petits espaces s'affichent en grand

La 9e édition du salon Jardins, Jardin s'est tenue comme tous les ans aux Tuileries à Paris, du 31 mai au 3 juin. Entourées de nombreux exposants, les créations paysagères, placées au centre de la manifestation, ont ravi les visiteurs en quête d'inspiration pour aménager leurs petits jardins urbains.

« Microjardins, nouveaux paysages ». Tel était le thème du salon Jardins, Jardin qui a duré quatre jours au jardin des Tuileries à Paris. Une centaine d’exposants (pépiniéristes, designers de mobilier, etc.) ont donc proposé aux visiteurs toute une palette de solutions originales pour aménager leurs cours, terrasses ou balcons. Des paysagistes de grande renommée, dont Philippe Poilane, élu Maître Jardinier en 2011 sur le salon Paysalia, ont participé à une exposition présentant une vingtaine de jardins éphémères s’étalant sur 15 à 50 m². L’un d’eux a reçu le prix de la création paysagère (Trophée Daum), quatrième édition du nom.
Autre attrait du salon, le Village de l’innovation et du design extérieur, situé en terrasse prêt de l’Orangerie des Tuileries, a exposé des objets novateurs pour le jardin (mobilier, lampes, pots, etc.) et composés de matériaux durables. Un concours de l'innovation, parrainé par Cité Verte, Nature Et Découverte ainsi que le fabricant Philips, a permis de distinguer sept créations élaborées par des professionnels ou étudiants dans les domaines du paysage, du design ou de l’architecture.
Avec plus de 20 000 visiteurs, la manifestation a été un succès selon ses organisateurs.

Quelques exemples de jardins :

Le jardin « dessus-dessous » conçu par Thierry Dalcant pour le compte de l’entreprise Perceptions, a reçu le prix de la création paysagère (trophée Daum). Ici, le bois omniprésent côtoie une grande diversité végétale. A l’entrée, un subtil jeu de miroirs bouleverse les repères spatiaux du promeneur.

 

 

Philippe Poilane, Maitre-Jardinier, a étonné avec « Le Plat du Maître », un jardin plein d’inventivité, dont la terrasse en pin raboté est à fleur d’eau. Sur l’un des bassins qui l’entoure, le paysagiste (ici sur la photo) a construit un « passe-plat » circulant sur des poutres en acier.

 

 

 

La création des Jardins de Gally nommée « Douce divers(cité) » se distingue par ses massifs chatoyants ainsi que sa pergola architecturée couverte de bandes végétales.

 

 

 

Avec « L’essence des matières », le paysagiste Didier Danet a construit un jardin onirique mêlant les végétaux à des totems et bassins en acier d’aspect rouillé (Corten). Un cornouiller du Japon (Cornus kousa) trône au centre.

 

 

 

Ce jardin réalisé par Christian Fournet rend hommage à la tradition japonaise avec cet ensemble de buis disposés dans des allées sinueuses, bordées d’acier noir et couverte de graviers en éclats en verre.

 

 

 

Réagir à cet article