Filière du paysageLa ministre de l'Écologie reçoit l'interprofession

Le 5 février à Paris, Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, a reçu Val'Hor, la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP) ainsi que la Fédération française du paysage (FFP) pour s'entretenir des préoccupations et enjeux de la filière. Des échanges constructifs.

Dominique Douard, président de Val'Hor, Dominique Boutillon de la FNPHP et Jean-Marc Bouillon de la FFP (de gauche à droite sur la photo ci-contre), qui ont représenté l’interprofession ont eu l’occasion d’exposer plusieurs sujets importants auprès de Madame la ministre, Delphine Batho. Ils ont porté en grande partie sur les questions environnementales, les parties en présence présentant les initiatives de l’interprofession qui s’inscrivent dans les objectifs des Pouvoirs Publics en termes de transition énergétique.
La ministre a pris connaissance des travaux de l’Astredhor, l’institut technique de l’horticulture ainsi que ceux de Plante & Cité, la plateforme nationale d’expérimentation et conseils techniques, qui portent sur les économies d’énergie, la recherche d’énergies alternatives ou encore d’itinéraires techniques moins énergivores. Delphine Batho, satisfaite de ces initiatives, s’est dit disposée à prendre un arrêté conjoint avec le ministère de l’Agriculture pour assurer au label Plante Bleue, cher à la filière horticole, l’accès au niveau 3 de la certification environnementale, dit de « Haute Valeur Environnementale ».

Voici un résumé des autres points évoqués avec la ministre :
  - L’application du plan Ecophyto et les méthodes alternatives développées par l’Institut technique de l’horticulture (Astredhor) depuis plus de 20 ans.
  - L’urbanisme végétal et notamment le rôle du végétal en ville pour traiter les îlots de chaleur.
  - Le rôle des trames vertes et bleues.
  - La problématique des plantes exotiques envahissantes. Delphine Batho a convenu avec ses interlocuteurs d’une concertation pour que la profession élabore un code de bonne conduite et fasse des propositions auprès de la future agence de la Biodiversité.
  - Une réflexion sur les 20 ans de la loi Paysage. La ministre a reconnu qu’un volet « création » devrait s’ajouter à celui de « protection » dans une future révision de cette loi.
  - La question de l’étalement urbain et de l’artificialisation des sols et, plus globalement, les enjeux de la construction et de la rénovation des villes, dont le « Manifeste pour une Cité Verte » présenté par Val’Hor apporte de nombreuses réponses.

En conclusion de ces débats, la Ministre a estimé qu’il est nécessaire de réfléchir à un « plan Paysage ».  Dans cet état d’esprit, elle a partagé l’idée de ses interlocuteurs de revaloriser le Grand Prix du Paysage ainsi que de donner de nouvelles perspectives au Conseil National du Paysage.

Réagir à cet article