MajarJean-Luc checa succède à Claude Vidal

Claude Vidal, fondateur de Majar, passe le relais à Jean-Luc Checa, un des cadres dirigeants de l'entreprise. Ce dernier s'est entouré de plusieurs autres piliers de la société qui deviennent actionnaires.

Claude Vidal, 71 ans, vient de confier les rênes de la société Majar à Jean-Luc Checa après plus de 52 ans passés à faire vibrer ce fleuron de l’histoire française des outils de travail du sol pour les motoculteurs et tracteurs compacts.
Claude Vidal (en photo à gauche) se voit confier des missions d’accompagnement permettant de faire le lien entre l’avenir de l’entreprise et son histoire. Jean-Luc Checa (photo à droite) bénéficie déjà d’un beau parcours chez Majar avec 22 années à la production et aux achats. Il était depuis plus de 15 ans membre du conseil d’administration. Il en connaît donc tous les rouages. Avant de rejoindre Majar, il était directeur de la production d’une société spécialisée dans la pulvérisation viticole. Ces antécédents lui confèrent de gros avantages car il maîtrise les données de l’outil de travail, de productivité et de rentabilité ce qui lui permettra de décider facilement des actions où Majar dispose de la marge de progression la plus importante pour gagner des parts de marché. Il épaulé dans ce challenge par son bras droit, Sylvie Nunes, directrice RH avec sept piliers de la société qui sont également actionnaires et actifs dans les différents services (bureau d’études, commercial, production). Majar emploie 35 salariés permanents (hors agents commerciaux). Elle réalise cette année un chiffre d’affaires de 4,4 millions d’euros et, selon le nouveau propriétaire, l’année 2016 s’annonce bien.

Réagir à cet article