France-ChineUn dragon ambassadeur en Accoya®

Pour célébrer les 50 ans des relations diplomatiques franco-chinoises, un dragon robotisé en Accoya® a été offert aux autorités de Pékin.

Un dragon robotisé de 13 mètres de long pensant 45 tonnes s'est produit dans le Parc olympique de Pékin lors des cérémonies marquant le 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Ce dragon, fabriqué à partir d'Accoya® a été offert par le gouvernement français au président de la République populaire de Chine. Fabriqué par la compagnie française nantaise La Machine, le cheval-dragon est une création de de François Delarozière totalement pensée dans le cadre du spectacle « l’esprit du cheval dragon ». La réalisation est le fruit d'un travail mené avec des artisants français. En Chine, le soutien technique était assuré par société chinoise Gehua. Les têtes, les ailes et le corps du cheval ont été sculpté dans le bois d'Accoya, de couleur jaune orangé. L'ensemble mesure 13 mètres de long, 12 de haut. L'envergure atteint 16 mètres avec les ailes déployées. Dotére d'une technologie avancée, la création est contrôlée par des équipements et un système électronique qui ont pris vie grâce aux prouesses de 15 comédiens et techniciens activant les muscles, le regard et la gueule. L'ensemble s'est battu contre une araignée géante il peut marcher et atteindre une vitesse maximale de 7km par heure, peut se cabrer, se coucher ou reculer. Ce dragon peut également cracher du feu et emettre de la fumée par ses naseaux.
Le choix de l'Accoya a été effectué suite à la recommandation de Thierry Aubourg, directeur de 3A, la société distribuant Accoya en France pour des questions de durabilité du bois qui allait être exposé aux conditions climatiques de la Chine qui peuvent alterner les rayons UV à très forte intensité et une humidité importante.
Une exposition photographique sur le Cheval-Dragon est visible en France jusqu'au 31 décembre 2015 sur le site Les Nefs- Ile de Nantes - Parc des Chantiers. Elle présente les clichés de deux photographes, Stephan Muntaner et Emmanuel Bourgeau qui ont suivi le spectacle en Chine lors des cérémonies du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Réagir à cet article