Grene-KrampNaissance d'un géant européen

les sociétés Kramp et Grene, deux acteurs du marché de la pièce détachée espaces verts et agricole, annoncent leur fusion.

Le néerlandais Kramp et le danois Grene, veulent se marier. Les deux sociétés travaillent ensemble depuis de nombreuses années. Elles sont spécialisées sur le marché des pièces détachées de l’agriculture et des espaces verts et possèdent une société en joint-venture en Russie depuis 2008.
Kramp, présent sur seize pays, est plus de deux fois plus important que son homologue. Grene est bien implanté dans les pays nordiques, les pays baltes et en Pologne. La fusion, soumise à l'aval des autorités de la concurrence de Russie et de Pologne, donnerait naissance à un groupe présent sur 22 pays d’Europe. D'un poids de 670 millions d’euros, il détiendrait une part de marché d’environ 10 % sur son secteur géographique. En fusionnant, l’objectif du nouvel ensemble est d’atteindre un  chiffre d’affaires d’un milliard d’euros dès 2017.

L'opération s’effectuerait via un échange d’actions. Le propriétaire de Grene, la société d’investissement danoise Schouw, détiendrait 20 % des actions du nouveau groupe. La société de gestion et de financement NPM Capital, actionnaire de référence de Kramp, aurait 32 % des parts et le management de Kramp les 48 % restants. Le scénarion est deux acteurs est le suivant : une holding créée pour l’occasion pilotera le groupe, elle sera dirigée par deux présidents, Eddie Perdok chargé du commerce et du marketing et Hans Scholten de la partie financière, tous deux étant jusqu’à présent les dirigeants opérationnels de Kramp.

Au sein de Grene, l'actuel dirigeant, Carsten Thygesen, restera aux commandes. Il pilotera une équipe chargée de développer les synergies entre les deux entités, l’objectif étant de se concentrer sur les achats et les produits.
Le nouveau groupe qui serait ainsi constitué disposerait d’un catalogue de 700000 lignes de produits et toucherait 82000 clients dans 22 pays. Sa puissance de feu lui permettrait de livrer 13000 commandes par jour.

Réagir à cet article