Le Carré des Jardiniers, Paysalia 2015.

Carré des Jardiniers 2017 : cinq lauréats pour le jardin de soins

Les cinq finalistes du concours 2017 du Carré des Jardiniers sont connus. Découverte.


L’Unep
et Paysalia, avec le partenaire officiel du Carré des Jardiniers, l’interprofession Val’hor, ont présenté les cinq finalistes qui vont concourir pour le titre de Maître Jardinier lors du prochain Paysalia du 5 au 7 décembre à Lyon. C’est la 4ème édition de ce concours qui

De gauche à droite : Jacques Mus, président du Carré des Jardiniers et Louis Benech, parrain de l'édition 2017.

De gauche à droite : Jacques Mus, président du Carré des Jardiniers et Louis Benech, parrain de l’édition 2017.

sera porté par le thème : « les bons soins du docteur jardin ». Les cinq lauréats, sélectionnés sur dossier, vont maintenant passer dans la phase active de réalisation. Au fil des ans, ce concours créé par l’Unep, devient de plus en plus élitiste en proposant des thèmes plus complexes à réCarre-Jardiniers_Q_nonvectorisesoudre. Cette édition va constituer un nouveau palier avec « les bons soins du docteur jardin ». « Le Carré des Jardiniers » permet de donner un éclairage particulier sur des sujets qui sont deux des entreprises et de nos métiers, c’est particulièrement le cas cette année avec le volet du bien-être, de la santé et du jardin comme créateur de lien social », a souligné Catherine Muller, la président de l’Unep. Il sera question des bénéfices que peuvent engendrer  un jardin et des végétaux auprès des malades, de leurs familles, du personnel soignant… Jean Mus, le président du Carré des Jardiniers, estime pour sa part qu’il appartient aux jardiniers d’aujourd’hui de se réapproprier les idées du jardin thérapeutique et de le réinventer en l’adaptant à notre époque. Le paysagiste Louis Benech, abonde dans le même sens en précisant que ces jardins dits « éphémères » poursuivront leur vie dans un établissement de soin puisque qu’ils seront replantés avec le soutien de l’association Jardin Art et Soin du professeur de médecine Alain Calender. Ce dernier estime extrêmement intéressant de voir comment des jardiniers-paysagistes allaient imaginer ces lieux et comment leurs propositions pourraient ensuite être transposées dans l’univers hospitalier afin que les malades puissent vivre aussi en-dehors de leurs chambres. Le résultat sera visible sur Paysalia du 5 au 7 décembre à Lyon Eurexpo, le nom du Maître Jardinier 2017 sera dévoilé le 6 décembre au soir.
Les cinq lauréats :
RegineBertrand-CarreJard-BD-NLjuin2017Le jardin de Régine Bertrand « Etreintes végétales »
A 44 ans, l’ingénieure en aménagement paysager a imaginé « les étreintes végétales ». Avec ce projet, elle souhaite travailler sur les aspects thérapeutiques mais aussi sur l’accessibilité et le handicap pour les personnes en rééducation fonctionnelle.  Son jardin est comme « une maman qui étreint son enfant qui vient de tomber ».


   

Le pranneCabrol-CarreJard-BD-NLjuin2017ojet d’Anne Cabrol : « Les gens heureux »
Titulaire d’une licence en infographie Aménagement Paysager, elle dirige l’agence Intérieur et Jardin urbains de Tarvel (Rhône). Elle a réalisé en 2015 un jardin thérapeutique à l’hôpital psychiatrique de Bourgoin. Son sujet est de travailler sur le bien-être, être en phase avec soi-même. La balade dans le jardin s’effectuera pieds nus.


Le jardin de Mathias Bonnin : « Projet pour tous »

MathiasBonnin-CarreJard-BD-NLjuin2017

45 ans, architecte-paysagiste, il a pensé à un jardin pour tous les âges, un lieu apportant ses bienfaits grâce au végétal, à l’eau, au minéral, au bruit… qui permet le développement des sens. Une partie médiathèque permettra de faire voyager les visiteurs.


Etienne Bourdon : « Vivre heureux avec Alzheimer »

EtienneBourdon-CarreJard--BD-NLjuin2017
Le lauréat a un statut un peu à part. Il est à la fois acteur dans le domaine médical en gériatrie et architecte-paysagiste spécialisé dans le développement de solutions thérapeutiques avec les jardins. Son jardin va permettre, en 12 étapes, de faciliter l’orientation de personnes désorientées. Le point de départ de sa thérapie consiste à retrouver l’estime de soi.

 

Alban de La TourAlbanDelatour-CarreJard-BD-NLjuin2017jpg : « Liberté »
A 27 ans, il est diplômé d’un bachelor en architecture du jardins et du paysage. Il souhaite que son projet permette de guider les malades en faisant qu’ils se sentent plus libres. Il propose des rapports à l’image, des aquariums seront présents. Son jardin sera constitué de tableaux vivants pour renouer avec la vie.

Laisser un commentaire