NominationJean-Pierre Gueneau, nouveau président de la SNHF

Jean-Pierre Gueneau, nouveau président de la SNHF
(©SNHF)

A l'occasion de son conseil d'administration le 10 juin, la Société Nationale d’Horticulture de France a élu son nouveau président en la personne de Jean-Pierre Gueneau, ancien président d'Hortis connu pour son engagement en faveur du végétal et de la nature en ville.

« La SNHF rassemble les différents acteurs du monde horticole - institutionnels, associatif et les jardiniers amateurs -. Par son histoire, par sa place centrale au sein de l’écosystème associatif de l’horticulture et du paysage, mais également par la force de son tissu associatif régional, elle doit être le lieu incontournable et fédérateur pour la promotion du végétal dans toutes ses fonctionnalités. »

C'est par ces mots bien choisis qui résument cette prestigieuse institution qu'est la Société Nationale d'Horticulture de France, œuvrant maintenant depuis presque 2 siècles et reconnue d’utilité publique, que Jean-Pierre Gueneau a enfilé son costume de nouveau président. Élu lors du conseil d’administration de la SNHF le 10 juin, il succède ainsi à Dominique Douard, personnalité bien connue du secteur du paysage, qui occupait cette fonction depuis 2015.

Jean-Pierre Gueneau entend s’inscrire dans la continuité des actions de son prédécesseur en valorisant la place du végétal dans nos sociétés et dans nos espaces urbains. En effet, tout comme Dominique Douard, dont le parcours fût notamment marqué par la présidence de l’Interprofession Val’hor et qui fût l’un des promoteurs du Manifeste pour une Cité Verte, Jean-Pierre Gueneau est une personnalité reconnue pour son très fort engagement vis-à-vis du végétal et de la nature en ville.

Jean-Pierre Gueneau, nouveau président de la SNHF. (©SNHF)

Son parcours l’atteste puisque cet ingénieur, directeur des Parcs et Jardins de la ville de Créteil (Val-de-Marne), fût président de l’association Hortis (Les responsables d'espaces nature en ville) de 2014 à 2020. Hortis siège d’ailleurs depuis plusieurs années au conseil d’administration de la SNHF tout comme l’UNEP ou la FNPHP, les sociétés Gally ou André Eve, ou bien encore des représentants de plusieurs grandes collectivités (Angers, Nantes, Le Mans…).

Du fait de sa toute fraîche nomination, le nouvel élu ne peut encore nous livrer un agenda d’actions concrètes, mais il nous précise sa ligne directrice : « la crise actuelle, révélatrice de multiples dérèglements, a confirmé l’urgence végétale de nos sociétés. Le végétal est l’enjeu du siècle et je souhaite que la SNHF s’en fasse le porte-voix dans l’ensemble de ses dimensions paysagère, écologique, sociale, sanitaire, culturelle, alimentaire ou économique, sans oublier les enjeux spécifiques au monde urbain

Dans ce cadre, il estime que la SNHF, en tant que société « savante », joue un rôle majeur pour partager les savoirs : « cette grande maison réunit de multiples compétences et des experts très pointus en horticulture portant un certain nombre de sujets avec une forte validité scientifique. Nous avons donc des passerelles à renforcer entre ce monde scientifique, le grand public et tous les métiers à la croisée des enjeux liés au végétal (santé, alimentation, tourisme...) ».

Jean-Pierre Gueneau s’entoure aujourd’hui d’un nouveau bureau et sa nomination s’accompagne d’un important renouvellement des membres du conseil d’administration. « Le bureau est pour l’instant un peu resserré pour traiter dans l’immédiat des sujets de fonctionnement quotidiens de la SNHF, mais il devrait s’élargir à l’automne après avoir pris le temps d’une réflexion de fond sur nos prochaines missions et sur les personnes à requérir pour les accomplir au mieux », précise le nouveau président.

« Par ailleurs, les projets d’action initiés avant mon arrivé par l’équipe précédente vont se poursuivre avec un axe portant sur la communication et une ouverture de la SNHF à des publics plus larges, mais aussi un renforcement de nos liens en interne avec les dizaines de sociétés d’horticulture adhérentes à la SNHF en régions et qui constituent un tissu associatif extrêmement fort à travers des dizaines de milliers de personnes », souligne, pour finir, Jean-Pierre Gueneau.

 

Réagir à cet article