Aéroports-robots de tonteYamabiko Europe crée la division Echo Aiport Services

Yamabiko Europe crée la division Echo Aiport Services
(©Yamabiko Europe)

Yamabiko Europe, filiale du groupe japonais éponyme, vient de créer une division spécifique pour l'entretien des surfaces vertes d'aéroports par des robots de tonte.

Yamabiko Europe a pris la décision de créer une division consacrée spécifiquement à l'automatisation de la tonte sur les aéroports, qu'elle a baptisée Echo Airport Services. Cette dernière étudie, avec les gestionnaires de ces sites hautement protégés, la faisabilité technique ainsi que les aspects sécuritaires (biens et personnes, réduction des risques aviaires, impact sur la faune et la flore) et juridiques d'un entretien par des robots des zones enherbées près des pistes.
« Nous avons choisi de proposer aux services des aéroports des interlocuteurs spécialisés et des technologies spécifiques testées selon les standards de sécurité militaire. En Norvège, sur la côte ouest, le site de Stavanger, à Sola, a été le premier client à nous faire confiance. Dès 2017, nous avons pu mener des tests grandeur nature et une expérimentation qui a duré deux ans. Il est aujourd'hui entretenu par une flotte de 30 robots qui tondent 56 ha de zones de sécurité toutes les 72 heures », informe Diederick Geerinckx, directeur des ventes et du marketing de Yamabiko Europe. Un partenariat plus important a été conclu ensuite avec Avinor, la société publique qui exploite les aéroports civils du royaume.

Robot de tonte Echo effectuant la tonte sur un aéroport
Un robot au travail près des pistes sur le site norvégien de Stavanger. Il est autonome en énergie grâce aux panneaux solaires. (© Yamabiko Europe)

Afin de sécuriser l'utilisation de ses robots, Echo Airport Services a breveté une barrière virtuelle visant à la fois à empêcher les machines de traverser les pistes et à les protéger contre les tentatives de piratage informatique. Le modèle utilisé sur les aéroports est un dérivé des Belrobotics Bigmow ou Echo Robotics TM 2000 fonctionnant avec les systèmes de navigation GPS RTK. L'AM 2080 (AM pour « Airport Mower »), pour sa part, tond sans fil périmétrique près des pistes et en bandes parallèles.

« Des expériences sont menées dans d'autres aéroports du pays, mais aussi en Belgique, à Charleroi et à Liège, ainsi qu'à Francfort, en Allemagne. Des robots tournent aussi en test sur des sites aux États-Unis et dans d'autres pays », complète le directeur. Dans un entretien en juin 2020 avec le journal belge L'Écho, le directeur de la division « Echo Airport Services », Didier Bennert, confiait à notre confrère son objectif : convaincre une cinquantaine d'aéroports dans les cinq ans, ce qui générerait déjà un marché de 500 robots.

En parallèle de l'installation des robots, des études sont menées sur leur capacité à réduire les risques aviaires. (© Yamabiko Europe)

 

 

Réagir à cet article