VendéeRabaud 40 ans d'histoire et des projets

Rabaud 40 ans d'histoire et des projets
(©D.L)

La société Rabaud créée au début des années 80 investit pour les prochaines années sous l'impulsion de ses dirigeants Jérôme et Eric Rabaud.

Rabaud SAS, c’est l’histoire d’une entreprise familiale vendéenne, bien implantée sur son territoire local, qui a su conquérir des marchés en France et à l’international. Tout commence à la fin des années 1970, avec Claude Rabaud, agriculteur. Inventif et passionné par la mécanique, il crée sans cesse de nouveaux outils pour l’aider dans son métier ou répondre aux besoins de ses voisins. En 1980, le succès de sa fendeuse de bûche hydraulique l’incite à changer de profession pour fonder sa société. Depuis 40 ans, l’entreprise n’a cessé de croître en innovant et en se diversifiant avec des produits qui s’adressent aussi bien aux agriculteurs, paysagistes et entrepreneurs forestiers qu'aux collectivités ou entreprises de travaux publics. « Notre profil est atypique, car nous avons un catalogue très large avec plus de 1 200 références, souligne Jérôme Rabaud, qui dirige aujourd’hui l’entreprise familiale avec son frère Éric. Certains produits se déclinent en plusieurs dizaines ou centaines de versions, selon les options proposées. L’innovation est inscrite dans notre ADN. »

Les dirigeants de l'entreprise : Jérôme et Eric Rabaud (©Denis Lehé)

34 millions d'euros et 200 salariés

Le chiffre d’affaires annuel de la société est aujourd’hui de 34 millions d’euros. Elle emploie 200 salariés. Malgré la Covid, l’activité s’est maintenue à un niveau élevé en 2020. « Les ventes sur le marché français ont été peu impactées, souligne Jérôme Rabaud. L’export a été un peu plus perturbé, car le contexte complique les échanges avec nos partenaires étrangers. Au printemps 2020, nous avions prévu de fêter les 40 ans de l’entreprise en invitant des clients français et internationaux sur notre site vendéen. L’évènement a été reporté, mais nous n’y avons pas renoncé. Nous tenons en effet à poursuivre notre développement commercial, notamment vers l’export où le potentiel est important. » Le constructeur français réalisé de 17 à 20 % de son chiffre d'affaires à l'exportation (UE, Canada, Nouvelle-Zélande, Afrique...).

La fabrication est des pièces est intégrée au maximum dans l'entreprise, ici la découpe laser. (© DL)

Verdissement de la demande

Les dirigeants constatent aussi un verdissement de la demande qui les a incités, par exemple, à développer le broyeur de branche électrique sur batterie Xylochip 150 E (voir l'essai paru dans Matériel et Paysage no 162), sans moteur thermique, donc sans émissions de CO2. L’arrêt du désherbage chimique entraîne également une augmentation des ventes de désherbeurs thermiques et de brosses mécaniques.

Denis Lehé
Cet article a été publié en intégralité dans Moteurs & Réseaux 80 daté mars 2021

Réagir à cet article