CarnetMonsieur Maurizio Ferrari : décès d'un PDG visionnaire

Maurizio Ferrari vient de disparaître emporté par le Covid-19.
Maurizio Ferrari vient de disparaître emporté par le Covid-19. (©La Tribuna di Treviso)

Maurizio Ferrari, ancien grand patron du groupe GGP devenu Stiga Group, s'est éteint dimanche à l'âge de 72 ans emporté par le Covid-19. Homme exceptionnel, d'une entreprise il a construit un groupe et a contribué à marquer l'histoire du marché.

Dimanche 14 février 2021, Monsieur Maurizio Ferrari est décédé à Castelfranco Veneto à l'âge de 72 ans. Clap final d'un "Monsieur", un capitaine d'industrie, financier avéré, qui a porté haut et fort l'industrie italienne et européenne. Il a piloté avec succès l'entreprise Castelgarden devenue ensuite Global Garden Products puis Stiga Group. La pandémie de notre temps a eu raison de celui qui a vaincu plusieurs batailles industrielles et financières.

. 1978 : L'homme entre dans l'entreprise Castelmac se souvient Sabine Langenfeld, ancienne dirigeante de Stiga France, société qui a l'époque s'appelait Sadej. Le dottore financier va sortir Castelmac de sa crise puis reprendre l'activité jardin à son compte avec des alliés.

.1983 : Il rebaptise la société Castelgarden. Ce nom deviendra une marque synonyme de réussite dans toute l'Europe. Ses clients seront autant des grandes marques (comme Honda, John Deere et d'autres) qui feront appel à son savoir-faire notamment celui développé sur le marché de l'autoportée avec une vraie signature européenne. Maurizio Ferrari va utiliser son intelligence hors du commun pour, avec ses équipes, servir des clients qui étaient tous concurrents. Il réalise un véritable tour de force à la barbe de grands groupes américains (MTD, AYP qui sera repris par Husqvarna, Murray...).

Année 90 : L'autoportée Twin Cut à éjection arrière arrive sur le marché et devient un produit best-seller dans toute l'Europe. Castelgarden fournit les groupements d'achat de spécialistes notamment France Espaces Verts, Univert, Verts Loisirs, les grandes enseignes du monde du bricolage, celles du jardin ou de l'alimentaire, les enseignes de VPC..., avec un savoir-faire digne d'un grand couturier. Au final, on ne parvient pas à compter les clients, il est plus facile de chercher ceux qui n'en sont pas. La filiale française sera un des meilleurs élèves du groupe en dopant ses ventes à l'exportation. Une de ses autres qualités de grand patron est aussi d'avoir su développer l'entreprise avec le soutien de banques (malgré les crises) d'abord ABN Amro puis UBS.

2000 : Naissance de GGP futur Stiga group. Un autre de ses grands mérites aura été d'avoir fait passer l'entreprise du statut, envié à l'époque, de constructeur italien à celui d'un groupe européen. Lorsqu'il le quitte en 2003, GGP dispose de filiales sur les principaux marchés et détient quelques joyaux dans sa corbeille grâce à la fusion de différentes entités et de plusieurs marques de notoriété : les italiennes Castelgarden et Alpina, l'anglaise Mountfield et la suédoise Stiga. Il lui aura fallu être un grand visionnaire car, durant la même période, de nombreux constructeurs de la même envergure ne prennent pas les bonnes décisions et disparaissent. 

Amateur d'art éclairé et de sport populaire : Maurizio Ferrari était aussi un grand mélomane, fou d'opéra. "Depuis sa retraite, il sillonnait le monde pour écouter les plus grands. La Scala de Milan était sa deuxième maison", souligne Sabine Langenfeld tout en précisant qu'il était aussi passionné de football. Il aimait ce sport populaire, un autre type de théâtre ou d'opéra avec quand même deux clubs légendaires dans la capitale Lombarde ! Passionné d'histoire, cultivateur de la mémoire, il faisait découvrir Paris et la France aux autochtones. "Maurizio était un génie tout en restant très humble, proche des gens. Il s'intéressait aux autres, aux clients, aux salariés, c'était vraiment un patron exceptionnel", conclut celle qui vient de perdre à la fois un mentor et un ami.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Robots de tonte

Stiga : le Stig arrive bientôt sur les pelouses