Carrière-Stihl FranceRégis Guimont 26 ans de vie en orange

Régis Guimont lors d'une finale du championnat de France Stihl Timbersports en juillet 2014 à Châtel (74).
Régis Guimont lors d'une finale du championnat de France Stihl Timbersports en juillet 2014 à Châtel (74). (©Stihl)

Régis Guimont, directeur général adjoint de la filiale française de Stihl chargé du marketing ventes, prend sa retraite. A son palmarès : 26 ans chez Stihl en deux périodes et 32 sur le marché du jardin.

L'histoire personnelle de Régis Guimont se conjugue avec celle de Stihl. L'homme qui vient de faire valoir ses droits à la retraite à 64 ans, a vécu des temps extrêmement forts avec le groupe allemand familial et sur le marché français. Il entre chez Stihl aux débuts de la filiale française en 1984. La marque, importée jusqu'alors par Yvan Béal, prend position et se dote de moyen humains et logistiques. La France sera une des grandes filiales de Stihl à l'étranger. Elle réalise à cette époque dans l'Hexagone 150 millions de francs de chiffre d'affaires. Le groupe se situe pour sa part à 1,1 Md de DM avec 5400 salariés.
Il n'est pas encore présent sur le marché des produits d'entretien des pelouses, le rachat de Viking se fait en 1992. Deux ans plus tard, la filiale française passe le cap des 500 millions de francs.
Au milieu des années 90, Régis Guimont choisit de découvrir d'autres entreprises. Il entre à la direction générale de Nauder, encore un fleuron national du paysage de la motoculture et de l'industrie et un gros importateur, et y demeure jusqu'à sa cession. En 1997, il change de marché et rejoint Jacob Delafon, une entreprise du groupe américain Kohler. De 2001 à 2004, directeur général chez Trigano, il crée Trigano Jardin.

Aucune slide configurée

De retour aux sources chez Stihl en septembre 2004, il poursuit sa carrière et devient directeur général en charge du marketing et des ventes. Puis cela aurait pu être un long fleuve tranquille... Mais non, la marque n'avait pas encore tout prouvé si tant est qu'elle ait fini. Elle se lance encore plus à l'international avec l'ouverture de filiales. Elle mise sur ses points forts et sa culture allemande et se développe toujours dans les produits thermiques de son origine tout en s'emparant des nouvelles technologies qu'elle intègre habilement  : autoportées, motobineuses, robots de tonte puis ce sera l'ascension avec les produits à batteries. En 2019, le passage de Viking à Stihl pour l'ensemble des produits jardin sera un moment particulièrement fort de l'histoire qui permettra de doper les ventes de tondeuses et autres matériels grâce à la puissance et à la notoriété de la marque. L'épopée sportive aussi avec le développement des Stihl Timbersports dont Régis Guimont sera un fervent supporter. Esprit de compétition signifie des hommes et des femmes, une équipe et une culture d'entreprise forte qui s'adapte à chaque pays. Stihl a déployé une logistique purement française et un formidable outil de formation pour le réseau de revendeurs ou les écoles de formation avec l'objectif de travailler avec l'élite. Le réseau Stihl et ses milliers de revendeurs en France et dans le monde est aussi la réussite de la marque. Au fil du temps, un fort partenariat a été tissé. Cette histoire fait que Stihl a aujourd'hui d'importantes responsabilités vis-à-vis de son réseau dans un monde extrêmement mouvant et perturbant.

En quasiment 30 ans et de nombreux voyages de presse en Allemagne au siège et dans les usines, dans le Tyrol autrichien, en Suisse où sont fabriqués les chaînes et guides mais aussi aux Etats-Unis, Régis Guimont a aussi été un fervent accompagnateur des journalistes et en particulier de son association dans le milieu de l'horticulture et du jardin l'AJJH. Nous ne pouvons que l'en remercier. Il aura connu deux présidents emblématiques. Wolfgang Ebbeke a oeuvré à l'installation et au développement de la marque mais aussi à renforcer l'amitié franco-allemande. Depuis 2012, Alexandre Thorn  participe à son déploiement avec de nouvelles générations de dirigeants et sur un marché en pleine évolution. Durant cette période cruciale, le groupe s'est aussi profondément transformé avec des dirigeants opérationnels venant de l'extérieur de la famille. En France, le staff est bien structuré avec de nouvelles recrues et des personnes expérimentées et le groupe recherche celui qui prendra la relève de M. Guimont. "Je pars l'esprit tranquille, je vais souffler un peu après une année énergivore, faire du vélo, de la peinture, du yoga, profiter de ma famille. Je suis conscient d'avoir été chanceux sans un jour de chômage dans ma carrière et je souhaite aussi partager en consacrant du temps et le fruit de mon expérience en tant que bénévole auprès de jeunes entrepreneurs", conclut le futur jeune retraité.
Il peut être rassuré par des chiffres très positifs avec un chiffre d'affaires de 330 M€ pour la filiale et un groupe qui a dépassé en 2020 les 4,5 milliards d'euros avec 18200 collaborateurs.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Exclusif

Essai : le match de six tondeuses pros à batterie

Maintenance des équipements
Stihl Timbersports
Carrière

Stihl France : Aurélien Jouin directeur marketing-ventes