Connaissances végétalesDLF, une technique pour tester la résistance des gazons

Station d'essai située à  l'université de Copenhague et sur laquelle est installée le dispositif Radimax servant à tester la tolérance des gazons à la sécheresse.
Station d'essai située à l'université de Copenhague et sur laquelle est installée le dispositif Radimax servant à tester la tolérance des gazons à la sécheresse. (©DLF)

Une nouvelle technique employée par le groupe DLF en collaboration avec l'université de Copenhague permet de photographier des racines de graminées en profondeur afin de tester la tolérance à la sécheresse de différentes variétés de gazon.

Spécialiste et distributeur reconnu du marché des semences à gazon pour les professionnels et le grand-public, le groupe DLF semble aujourd'hui marquer une belle avancée dans la connaissance et l'amélioration des espèces et variétés de gazon tolérantes à la sécheresse.

En collaboration avec l'université de Copenhague au Danemark, DLF a en effet mis au point un protocole de test avec une installation innovante nommée "Radimax". Elle permet de photographier les racines de gazon jusqu'à 3 m de profondeur et ainsi de mesurer leur évolution en période de stress sachant que les graminées sont placées dans des conditions de sécheresse contrôlées.

Illustration du dispositif Radimax : les plantes en situation de sécheresse sont installées dans de grandes fosses en "V" au fond desquelles des caméras multispectrales sont logées dans des tubes en plexiglas. Une irrigation est assurée par le bas.

Ce nouveau dispositif permet donc d'observer ce qui se passe au plus profond du sol, une zone qui était plutôt complexe à étudier jusque-là. Il renseigne ainsi de façon précise sur la capacité de croissance des racines et la profondeur qu'elles peuvent atteindre, mais aussi sur la masse et l'architecture qu'elles développent. Des critère essentiels pour déterminer la faculté d'une espèce ou d'une variété à résister à un stress thermique et hydrique.

L'enjeu pour DLF est de mettre en avant auprès des responsables de terrains de sport, parcours de golf et parcs et jardins, des variétés à gazon dont la résistance à la sécheresse répond aux enjeux du réchauffement climatique. Les épisodes de chaleur intense et de sécheresse sont en effet toujours plus fréquents et étalés dans le temps. Cela porte bien évidemment atteinte à l'aspect esthétique des pelouses et complique le travail d'entretien du gazon pour les gestionnaires.

Exemple de mesures obtenues par le procédé Radimax. Les chiffres en ordonnées indiquent la profondeur racinaire.

« Nos sélectionneurs ont déjà identifié un certain nombre de variétés dont la tolérance à la sécheresse est importante », déclare ainsi la direction scientifique de la R&D chez DLF. Parmi ces variétés "validées", citons les Ray-grass tétraploïdes Fabia et Tetradry ou bien encore les fétuques élevées Armani, Bullseye, Essential ou Sencilia.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Démarrage à batterie Li-ion

Briggs & Stratton développe l'offre de moteurs InStart

Partenariats tracteurs et pièces

Zetor signe un accord avec TYM et un second avec Kramp

Tondeuses

Grin : un modèle tout-terrain

Salonvert

Interview de Frédéric Bondoux

Gazons

Barenbrug rachète Jacklin Seed

Organisation

Charles-Henri Jarriau dirige Ferri France

Private Equity

Avec KPS, Briggs & Stratton reprend sa liberté d'entreprendre

Vie des marques

Pubert fête ses 180 ans sur le Web

Vie des marques

Nouveau distributeur officiel de la marque Sabo en France