NANCY PLACE STANISLASLe 17è Jardin éphémère est sorti de terre avec ses clématites

Vue du jardin du côté de l'arc Héré avec le bassin et le globe terrestre qui ici est une représentation de globe oculaire et de ce qui s'y déroule en matière de Terre ou Désert. Au premier plan à gauche une oeuvre du photographe Samuel Mussolin.
Vue du jardin du côté de l'arc Héré avec le bassin et le globe terrestre qui ici est une représentation de globe oculaire et de ce qui s'y déroule en matière de Terre ou Désert. Au premier plan à gauche une oeuvre du photographe Samuel Mussolin.

C'est fait. Le travail de plus d'une année de l'équipe des parcs et jardins de Nancy, dirigée par Pierre Didierjean, est ouvert au public depuis le 12 septembre. La place Stanislas accueille la 17è édition du jardin éphémère de la ville. Travail de haut vol, technique, agréable, pour passer des messages au public : plus de 700000 visiteurs s'y rendent chaque année. Avec Terre ou Désert, les enjeux écologiques et climatiques sont sous l'oeil de Stanislas, la statue du personnage historique nous renvoie des messages plein les yeux. Cette 17è édition nous détend aussi dans une période plus que troublée. Le jardin s'associe avec Jour de la Terre pour laquelle une clématite a été baptisée.

Il faut se rendre à Nancy encore cette année pour voir de près la dernière réalisation du service parcs et jardins, son jardin éphémère annuel qui attire des centaines de milliers de visiteurs. Il faut s'y rendre car, dans notre période mouvementée d'épidémie, la ville et le service dirigé par Pierre Didierjean ont pris la responsabilité de maintenir l'événement. Et, je dois dire que cela fait un bien fou de pérégriner dans cette réalisation végétale, dans ses 16 tableaux sur une place minérale 18è déclarée patrimoine mondial par l'UNESCO. L'ensemble de presque 5000 mètres carrés peut se visiter en entrant depuis plusieurs portes.

Une entrée du jardin devant l'Hôtel de Ville par la case-yourte, rencontre entre l'Afrique et les steppes mongoles avec un palmier qui perce le toit pour sublimer la place du végétal en ville.

Vous pouvez  choisir de passer par la case yourte de départ ou un palmier sort sa tête du toit, mais ce n'est pas obligatoire. Votre déambulation peut ensuite vous conduire dans différents univers selon votre volonté de vous laisser tenter dans le désert, de vous faire cuire ou glacer par les chocs climatiques et de se laisser bousculer par ces tristes réalités de notre planète. Vous pouvez pourtant trouver du repos dans Terre ou Désert avec la richesse et la fertilité portées par les sols, par les eaux, par les roches qu'ils sédimentent et abritent. Tout cela vous le verrez, dessiné par les jardiniers de la ville. Ils peuvent se réjouir, les messages passent et le bien-être végétal se fait sentir.

Un autre moment très émouvant dans un des maisons de paille avec ce bassin des profondeurs et cette roche géologique de 150 kg, l'eau s'écoule en pluie depuis le plafond comme dans une grotte.

L'éphémère qui fait réfléchir n'est pas si éphémère que son nom veut bien le dire. Il dure d'ailleurs d'une année sur l'autre avec la réutilisation de certains équipements. Éphémère  donc, mais durable avec la paille prêtée par un agriculteur, les roches par un fournisseur, produits qui sont rendus à leurs heureux propriétaires supporteurs du jardin. Autre prouesse, faire dialogueur l'art avec la réalisation végétale, ici avec les oeuvres photographiques de Ian Teh et de Samuel Mussolin. Non seulement ces dernières témoignent mais elles se fondent aussi dans le paysage, font des renvois d'angle, des jeux avec le végétal ou les matériaux utilisés (pierres, bois, chanvre...). Autour du jardin qu'elles ceinturent ou fortifient, elles sont aussi un outil en duo avec le jardin pour voir cette place Stanislas autrement.

C'est fait, la clématite Nancy Jour de la terre des pépinières Travers vient d'être baptisée. Elle est disponible à la vente, un euro est reversé à l'association.

Jour de la Terre donc cette année à Nancy pour fêter le 50ème anniversaire de cette association née aux Canada et aux Etats-Unis qui mobilise de nombreux pays du monde tous les 22 avril sur les problèmes écologiques et climatiques. L'idée est de la promouvoir encore en France, d'où se baptême d'une Clématite Nancy Jour de la Terre, une création des Ets. Travers vendue au grand public avec pour chaque vente un euro reversé à l'association. Quelques 120 de ces clématites font le tour du jardin avant de faire le tour de la terre en souhaitant que le public saura répondre présent. Pourquoi cette plante ? Arnaud Travers, dirigeant de la pépinière pour la sixième génération, a expliqué lors de ce baptême que cette variété, créée avec le Sapho, est remarquable par sa résistance au chaud et au froid (jusqu'à - 25°), à la pollution, aux maladies. Rustique, elle nécessite peu d'arrosages et de taille. Durable, elle s'insère donc avec beauté dans les combats de l'association Jour de la Terre. Elle pourra s'adapter à l'univers des villes, sur les balcons ou terrasses autant que dans les jardins (pot ou pleine terre) et grimpera allègrement jusqu'à 1,50 à 2 mètres. Ses grandes fleurs couleur fuchsia à reflets brillants avec grande période de floraison de juin à septembre, feront le bonheur de des citoyens qui auront en l'achetant fait un petit geste pour la protection de l'environnement. Un article détaillé sur ce jardin est en préparation pour le magazine d'octobre de Matériel et Paysage, mais d'ores et déjà allez visiter ce jardin !

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Tracteurs et pièces

Zetor : un accord avec TYM et un second avec Kramp

Tondeuses

Grin : un modèle tout-terrain

Salonvert

Interview de Frédéric Bondoux

Gazons

Barenbrug rachète Jacklin Seed

Organisation

Charles-Henri Jarriau dirige Ferri France

Private Equity

Avec KPS, Briggs & Stratton reprend sa liberté d'entreprendre

Vie des marques

Pubert fête ses 180 ans sur le Web

Vie des marques

Nouveau distributeur officiel de la marque Sabo en France

Marketing

Hervé Poujol rejoint Espace Émeraude et Modis