Sortie de crise Unep : un plan de relance proposé au gouvernement

Unep : un plan de relance proposé au gouvernement

L'Unep engage le gouvernement à redynamiser la filière du paysage en cette période post-COVID à travers quatre axes majeurs concernant les marchés publics et les marchés de particuliers, l'attractivité des entreprises ou bien encore l'aménagement du territoire (renaturation des sols).

  « Stoppées brutalement depuis deux mois dans leur dynamique, les entreprises du paysage ont désormais besoin d'être reconnues pour leur rôle actif à jouer, et soutenues pour disposer des moyens nécessaires », énonce l'Union Nationale des Entreprises du Paysage (UNEP) dans son communiqué paru le mercredi 20 mai et qui annonce la publication d'un plan de relance post-COVID de la filière. Celui-ci est adressé au gouvernement et entend contribuer au plan de relance économique global du pays. Ce document, en libre accès sur le site de l'Unep, propose quatre grands leviers d'actions, le premier abordant le sujet sensible et prioritaire des marchés publics. Il s'agit de pérenniser les projets déjà engagés tout en dynamisant les commandes publiques, ce qui passe d'abord selon l'Unep par des interventions fortes de l'Etat pour encourager les aides publiques et les investissements favorisant le développement des  infrastructures vertes. Des mécanismes financiers ou législatifs doivent en parallèle inciter les collectivités à végétaliser grâce aux nombreux outils de planification urbaine qui sont déjà à leur disposition : PLU, PLUi, SRADDET, SCOT, PADD, etc. Le soutien de la commande publique locale est également évoqué.

Couverture du plan de relancepost-COVID édité par l'Unep.

L'Unep appelle ensuite à des mesures de protection pour les entreprises qui souffrent des effets du moins-disant dans la commande publique : écarter des offres anormalement basses, encourager les appels d'offre portant sur des critères rigoureux de notations technique, créer un observatoire des prix, avoir une préférence pour le sourcing... Le deuxième volet concerne le marché des particuliers dont l'Unep souhaite le soutien grâce à l'instauration d'une TVA circulaire qui favoriserait la demande des produits vertueux pour l'environnement. Elle réclame aussi des mesures qui renforcent la fiscalité encourageant les services à la personne. Le troisième volet aborde l'attractivité des entreprises notamment vis à vis des jeunes, l'embauche des apprentis devant être favorisée par une diminution des charges patronales. Le dispositif de suramortissement doit d'autre part les aider à soutenir leurs investissements dans des domaines clés tels que la transition vers le "zéro-phyto". Le quatrième axe enfin, porte sur la protection des sols et de la biodiversité dans le cadre de l'aménagement du territoire. L'Unep sollicite de créer un marché de droit à artificialiser contre renaturation. Pour toute nouvelle construction impliquant une imperméabilisation des sols, les porteurs du projet devraient la compenser par ailleurs. Cette compensation, qui à terme serait à surface égale, se ferait via l'obtention de certificats de biodiversité établis lors de toute opération de désimperméabilisation, dépollution, renaturation des sols ou de végétalisation du bâti. De quoi, bien évidemment, mettre à contribution le savoir-faire des entreprises du paysage.    

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Formation