Chimie-Agriculture Naissance d'un nouveau géant : Bayer-Monsanto

Naissance d'un nouveau géant : Bayer-Monsanto

L'offre de Bayer sur Monsanto vient d'être approuvée par les deux groupes.

C'est fait. Après plusieurs mois où le monde financier et celui de la chimie ont été tenu en haleine, les groupes Bayer AG* et Monsanto* ont conclu un accord ferme portant sur le rachat de l'américain par le groupe allemand. Ils viennent de l'annoncer en précisant que le nouvel ensemble aller donner naissance à un géant mondial sur le secteur agricole. Le montant mis sur la table des négociations par Bayer atteint la somme impressionnante de 66 milliards de dollars (58,8 Md€) ce qui valorise de 44 % le cours de l'action de Monsanto. Ce surenchérissement important a fini par remporter l'adhésion des actionnaires.

Werner Baumann (à gauche), P.-d.g. de Bayer AG et Hugh Grant, président et directeur général de Monsanto.

Le groupe de Leverkusen, Bayer, estime que l'apport de Monsanto devrait permettre au bout de trois ans de créer une valeur d'environ 1,5 Md$ grâce aux effets de synergie. Il pense aussi que les actionnaires de Bayer devraient en profiter dès la première année après la fusion et de manière significative (hausse à deux chiffres des cours) après trois ans. Bayer a non seulement mis la main au portefeuille pour cette opération mais il s'est aussi engagé à consolider sa présence aux Etats-Unis où il emploie déjà 12000 personnes. Le siège mondial de Seeds & Traits et le siège commercial nord-américain de l'entreprise issue de la fusion seront implantés à Saint-Louis (Missouri) alors que le siège mondial de Corp Protection et l'activité globale Crop Science seront en Allemagne à Monheim. Les activités de l'agriculture digitale seront pour leur part basées en Californie à San Francisco.

Le siège de la division agricole de Bayer en Allemagne à Monheim.

Le C.A. du nouveau groupe sur le marché agricole devrait atteindre une valeur de  23 Md€ (chiffres 2015). Et Bayer compte bien y jouer un rôle prédominant puisqu'il avait déjà annoncé le 9 septembre un investissement de 2,5 Md€ de 2017 à 2020 sur le secteur de l'agriculture de demain. Le rachat de Monsanto sera effectué par emprunt et l'utilisation de fonds propres qui seront augmenté via une émission d'obligation convertibles et d'actions nouvelles pour un montant de 19 Md$. Le financement est suivi par plusieurs banques et organismes financiers internationaux. Ce rachat, s'il est entériné par les deux groupes, doit aujourd'hui passer par les évaluations des autorités de la concurrence avec une clôture espérée pour la fin 2017. L'accord stipule que Bayer s'engage à verser une indemnité de 2 Md$ si une rupture survenait. Sur le secteur des espaces verts, Bayer Environmental Science, une division de Bayer Crop Science pèse 728 millions d'euros dont 239 millions d'euros pour la seule activité jardin grand public (Bayer Jardin et Bayer Advance). Cette dernière a été récemment vendue au groupe français SBM Développement, l'opération doit être clôturée en octobre de cette année. Bayer Environmental Science va donc maintenant se concentrer sur le marché professionnel des espaces verts, il sera intéressant de voir les synergies qu'il pourra trouver avec Monsanto sur ce marché lorsque le nouveau groupe verra le jour si les autorités de la concurrence donnent leur aval et si les pressions politiques d'outre-Rhin ne parviennent pas à empêcher cette fusion qui suscite de fortes oppositions. *Bayer AG emploie 117000 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires total de 46,3 Md€ (2015). * Monsanto c'est 20000 personnes et 15 Md$ de chiffre d'affaires sur l'exercice 2015

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Directeurs des espaces nature en ville

Pascal Goubier élu à la tête d'Hortis

Entreprises du paysage
Connaissances végétales
Démarrage à batterie Li-ion

Briggs & Stratton développe l'offre de moteurs InStart

Partenariats tracteurs et pièces

Zetor signe un accord avec TYM et un second avec Kramp

Tondeuses

Grin : un modèle tout-terrain

Salonvert

Interview de Frédéric Bondoux

Gazons

Barenbrug rachète Jacklin Seed

Organisation

Charles-Henri Jarriau dirige Ferri France