Sols urbainsRecherche d'alternatives à la terre végétale

Le programme Siterre, lancé début 2011, vise à trouver des alternatives à la terre végétale pour la reconstitution de sols urbains fertiles.

Chaque année en France, les collectivités utilisent plus de trois millions de mètres cubes de terre végétale et de granulats pour les aménagements d’espaces verts publics. Or, ces terres issues du décapage des sols de zones agricoles en cours d’urbanisation sont de moins en moins disponibles et nécessitent parfois des coûts de transport importants. Le projet Siterre recherche des alternatives à la terre végétale et s’intéresse notamment au potentiel de valorisation des matériaux issus de l’activité urbaine et de la déconstruction.
Onze matériaux minéraux et organiques ont déjà été sélectionnés, après un inventaire exhaustif des possibilités. Parmi eux, on trouve des déchets verts, mais aussi du béton concassé, les déchets issus de la fabrication des briques ou du balayage des rues. Ces matériaux seront analysés individuellement et en mélange, afin d’évaluer leur aptitude à être utilisés comme support de plantation. Les analyses porteront sur leurs propriétés agronomiques et mécaniques ainsi que sur leur innocuité vis-à-vis de la santé humaine et de l’environnement.
Le projet Siterre, financé par l’Ademe, réunit des partenaires scientifiques, techniques et professionnels : l’Agrocampus Ouest, l’Ifsttar, le BRGM, l’INPL-Gifsi, Acteon, Rittmo Agroenvironnement, le groupe Luc Durand et Valterra Dépollution Réhabilitation. Plante & Cité se charge de la coordination de l’étude, qui s’achèvera en 2014.

 

Réagir à cet article