WiedenmannRupert Sonntag, l'histoire d'un homme fort

Rupert Sonntag, l'histoire d'un homme fort

Rupert Sonntag a fait ses adieux au marché des matériels espaces verts et pour gazons sportifs sur le dernier Salonvert.

L'homme a parcouru la France et l'Europe, plus de 700000 km, pour la société Wiedenmann depuis janvier 1996 au volant de son camion Scania, un 40 tonnes à double pont équipé d'une remorque et d'un Fenwick à l'arrière pour faciliter la manutention des machines professionnelles.  "Je n'ai jamais freiné. Les plaquettes étaient encore bonnes à 50 %, selon le service des mines, lorsque j'ai rendu mon outil de travail à l'entreprise ", s'exclame Rupert avec ce mélange de fierté et d'humilité qui le caractérise. Après des études agricoles, le jeune allemand de Bad Ditzenbach, une ville réputée pour ses cures thermales, s'embarque pour Madagascar où il restera trois ans.  
Rupert Sonntag au Portugal lors d'un séminaire Wiedenmann en 2006.
C'est la société Rau Agrotechnic qui lui offre son premier emploi, en 1977. Il fait l'apprentissage du commerce et des activités de fabrication et sera ensuite envoyé en France, Belgique, Espagne, Portugal, Afrique du nord pour promouvoir les matériels de protection des plantes et de pulvérisation. Ses débuts sur le marché agricole dureront 20 ans. "Je formais aussi les vendeurs français, faisais le lien entre l'Allemagne et le France pour la promotion des ventes", se remémore l'intéressé. "De 1989 à 1993, j'ai habité en Espagne où j'ai appris la langue et à aimer ce pays. De retour à l'usine, j'ai ensuite, pendant deux ans, couvert l'Autriche, la Suisse, la Roumanie, l'Italie". Ses premières armes chez Wiedenmann débutent en 1994 lorsque le fondateur George, décide d'arrêter la structure française à Sélestat (en début 1995), qu'il transmet l'entreprise à ses fils et décide de créer un nouveau système de vente en France avec des commerciaux sur la route. Le 1er janvier 1996, Rupert Sonntag démarre seul sur le marché comme commercial de l'usine aidé par 4 commerciaux multicartes.
Le fameux camion avec qui il a parcouru plus de 700000 km.
Le nouveau départ de Wiedenmann dans l'Hexagone est lancé. Les salons se succèdent et les démonstrations sur le terrain, chez les concessionnaires et les clients, passent les unes après les autres. Au départ, la famille Wiedemann lui confie la France puis ce sera le tour de l'Espagne et du Portugal et des pays du Maghreb, notamment le Maroc (avec PACA Motoculture) puis l'Algérie et la Tunisie où les premières machines sont livrées en 1992 pour la Coupe d'Afrique. Lorsqu'il a pris en charge le marché français, tout était à faire. Ce dernier pesait alors trois cent mille Deutsche Mark. Son développement a permis d'en faire une des principales branches à l'exportation et de le conduire à plusieurs millions d'euros. Puis, Wiedenmann s'est aussi structuré dans les pays de l'Est et aux Etats-Unis.  
Les concessionnaires ont joué un rôle important dans sa carrière, ici Destrian dans le sud-ouest.
Ses souvenirs mémorables du marché français restent les grands séminaires comme celui de 1998 à Toulouse qui sera suivi de bien d'autres, la vente des premières machines au Centre Technique du football à Clairefontaine, une démonstration au Stade de France, les premiers salons du golf avec l'Agref, les débuts de Salonvert...  "J'ai aussi énormément apprécié l'aide des représentants multicartes comme Claude Schaeffer et Yves Pouget qui m'ont appris à connaître le marché des matériels espaces verts et le secteur différent de l'agricole", tient à préciser Rupert. Ils auront assuré avec lui la promotion de la marque jusqu'au bout. C'est en 2005 que le constructeur décidé de mettre en place une équipe commerciale intégrée. Rupert va ainsi être secondé sur la partie Nord par Xavier Cocaud, le tandem va bien fonctionner. Puis, ce sera avec Bertrand Leguillette qui rejoint Wiedenmann en avril 2010.  Avec le sentiment du devoir accompli, l'homme de terrain, reconnu partout, par les concessionnaires, les clients, par ses collègues et concurrents, peut prendre le large et vivre une belle retraite. Le témoin a été transmis. Merci Rupert pour toutes ces belles années.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Carré des Jardiniers 2021

Lancement du concours du maître Jardinier 2021

Notre magazine
Equipements d'atelier

Une table élévatrice ultraplate chez MaroloTest

Robots de tonte

Chez Honda, un petit nouveau dans la famille Miimo

Organisations professionnelles

Pierre-Emmanuel Bois rejoint Inoha

Directeurs des espaces nature en ville

Pascal Goubier élu à la tête d'Hortis

Entreprises du paysage
Connaissances végétales
Démarrage à batterie Li-ion

Briggs & Stratton développe l'offre de moteurs InStart