Les premières 24 heures des distributeurs espaces verts se sont déroulées à Paris le 2 décembre 2017.

24 heures des distributeurs espaces verts : une belle première

Profield Events et Moteurs & Réseaux (CIP Médias) ont créé, en partenariat avec le Sedima, les 24 heures des distributeurs espaces verts. La première édition s’est tenue le 2 décembre 2016 à Paris. Revendeurs en matériel de parcs et jardins et fournisseurs du marché ont pu réfléchir aux évolutions du métier.

Les 24 heures des distributeurs espaces verts existent maintenant bel et bien sur le marché. Une centaine de participants se sont retrouvés le 2 décembre dernier sur le site de conférences du New Cap Event Center à Paris près de la Tour Eiffel. Profield Events (organisateur de Salonvert) était aux commandes de la production et de la réalisation technique pour faire en sorte que cette première édition du rassemblement de la profession des revendeurs de matériels de parcs et jardins soit une réussite. Le magazine professionnel

Une partie du public lors de la présentation des chiffres par Guillaume Mulleret de Gfk.

Une partie du public lors de la présentation des chiffres par Guillaume Mulleret de Gfk.

Moteurs & Réseaux, cofondateur de l’évènement sur le plan du contenu, a également mené un travail de fond afin que les professionnels puissent trouver dans cette journée des points d’ancrage leur permettant d’analyser les orientations des marchés et les changements qui se produisent ou se manifesteront à moyen terme dans leur métier. Le Sedima, syndicat des professionnels de la distribution des matériels agricoles et parcs et jardins, était également partie prenante. Quatre parrains ont soutenu activement cette première édition : Etesia, Husqvarna, Kubota, Stihl.
Ils ont permis à cette journée de voir le jour en joignant leurs forces à celles des organisateurs et en assurant sa promotion au sein de leurs réseaux. logos-parrains-24heuresBD-NLjanv2017

 


Une journée articulée en trois parties :

L’évolution du commerce : trois intervenants sont intervenus sur ce thème. Thierry Sonalier, le président du groupe Jardiland, a accepté de donner son avis sur l’évolution des magasins physiques confrontés à la concurrence du commerce en ligne, sur l’importante que revêt le multicanal mais aussi sur la climato-dépendance des commerces de l’univers jardin. Richard Batardière, directeur général d’Espace Emeraude, a pour sa part expliqué comment il voyait l’évolution du commerce dans le monde rural et rurbain, quels défis étaient posés aux entreprises et les solutions qu’il estimait possibles afin de demeurer sur le marché demain. Vincent Caminel, directeur général de l’enseigne Pôle Vert, a également présenté son analyse du métier en esquissant ses idées pour faire vivre un point de vente et comment l’animer pour face aux nouvelles formes de concurrence. Une seule idée maîtresse : donner l’envie aux consommateurs de pousser les portes d’un magasin.

Les nouvelles technologies. Depuis les origines du marché du jardin et des outils et matériels d’entretien, il n’était question que d’un commerce qui puisait dans les racines du jardinage. Aujourd’hui, la création de l’information digitale, combinée à l’arrivée de nouvelles technologies, font que les produits vont devenir de plus en plus connectés. C’est déjà le cas dans l’univers de la maison et cela commence à apparaître dans le secteur plus traditionnel du jardin. Pour y réfléchir nous avons fait appel à l’institut Gfk et à un de ses analystes, Guillaume Mulleret. Il a présenté l’évolution de certains marchés des biens d’équipement pour la maison avant de montrer comment évolueraient les ventes des familles de produits à batteries et des robots dans l’univers du jardin. Dans un second temps, une table-ronde a permis d’entrer dans le vif du sujet avec la présentation de l’univers connecté de Somfy grâce à l’intervention de Céline Pigeon qui pilote le département « maison connectée » au sein du groupe français. Le dirigeant de Covergarden, Arnaud Dugast, spécialiste du gazon, a de son côté exprimé son avis sur l’évolution du marché des services de l’entretien des pelouses avec les robots de tonte et les solutions futures des technologies connectées. Un marché qui évoluera lorsque les consommateurs verront clairement les réels bénéfices qu’ils pourront en tirer.

 

Michel Godet, économiste et prospectiviste.

Michel Godet, économiste et prospectiviste.

Economie et essais de prospective : Michel Godet, économiste, a assuré la clôture de cette journée avec un exposé sur les changements pouvant influencer les secteurs de l’industrie et du commerce des matériels de parcs et jardins. Au programme : les évolutions démographiques et sociologiques en France et dans les pays développés, les mutations venant des nouvelles technologies, l’économie du quaternaire et les nouveaux services à imaginer. Face à ces changements comment rester proactif ?
Un prochain dossier va être publié dans l’édition datée décembre-janvier du magazine Moteurs & Réseaux. Un aperçu en images des 24 heures des espaces verts est consultable sur ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *